Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guy Forget : "C'est une nouvelle version du tournoi de Roland-Garros"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

Amériques

Mutinerie et massacre dans une prison vénézuelienne

© Amazonas government press office, AFP | Les forces de sécurité vénézueliennes bloquent l'accès à la prison de Puerto Aya après une mutinerie le 16 août 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/08/2017

Une mutinerie dans un centre de détention préventive surpeuplé de l'État d'Amazonas, au Venezuela, a fait 37 mort, ont annoncé les autorités mercredi.

Au moins 37 personnes ont été tuées au cours d'une mutinerie dans un centre de détention préventive de l'État d'Amazonas, dans le sud du Venezuela, ont annoncé mercredi 16 août les autorités.

Le Parquet général a indiqué qu'il avait désigné deux procureurs pour "enquêter sur la mort de 37 personnes (...) au cours de la prise de contrôle du Centre de détention judiciaire de l'Amazonas" à Puerto Ayacucho, une ville de 40 000 habitants proche de la frontière avec le Brésil et la Colombie.

Le Parquet général a précisé que 14 fonctionnaires avaient été blessés au cours des violences. Il n'a pas spécifié si certaines des personnes décédées étaient des gardiens.

Selon deux ONG de défense des droits des détenus, Una Ventana a la Libertad et Observatorio Venezolano de Prisiones, les 37 personnes décédées étaient des détenus.

"Massacre"

Le gouverneur de l'État d'Amazonas, Liborio Guarulla, a déclaré sur Twitter, peu avant l'annonce du Parquet général, qu'il y avait eu un "massacre" de "plus de 35" personnes lors de l'entrée dans le centre de détention d'une unité spéciale du ministère de l'Intérieur et de la Justice.

Selon le gouverneur, quelque 105 personnes étaient détenues dans le bâtiment lors du déclenchement des événements de mercredi.

"Il s'agit de la pire mutinerie que nous ayons jamais eue dans un centre de détention préventive", a précisé Carlos Nieto, coordinateur de l'ONG Una Ventana a la Libertad.

"Certains détenus étaient entre ces murs depuis des années, alors qu'ils ne devraient pas y rester plus de 48 heures", a-t-il souligné.

Normalement, selon le programme officiel, "une prison au moins devrait être construite dans chaque État du pays. Mais dans l'Amazonas, la première pierre n'a toujours pas été posée", a dénoncé Carlos Nieto.

Affrontements fréquents

En avril, des affrontements entre détenus appartenant à des bandes rivales avaient fait 12 morts et 11 blessés dans la prison de Puente Ayala, à Barcelone, dans l'est du pays. Un mois plus tôt, les ossements de 14 personnes avaient été découverts dans une fosse commune du Pénitencier général du Venezuela à San Juan de Los Morros, dans le centre du pays.

La pire mutinerie au Venezuela remonte à 2013, avec 60 morts et plus de 150 blessés, dans la prison d'Uribana, dans l'État de Lara, dans l'ouest du pays.

Avec AFP

Première publication : 17/08/2017

  • VENEZUELA

    Donald Trump se dit prêt à intervenir militairement au Venezuela

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Venezuela : l'ONU dénonce "l'usage excessif de la force" du gouvernement

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Venezuela : Nicolas Maduro affirme avoir déjoué une "attaque terroriste" contre l'armée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)