Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Asie - pacifique

Hong Kong : peines de prison pour les trois leaders de la "révolte des parapluies"

© Anthony Wallace, AFP | Joshua Wong et deux autres leaders s'adressant aux médias avant d'entendre le verdict du tribunal.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/08/2017

Trois principaux leaders du mouvement de "la révolte des parapluies" ont été condamnés jeudi à la prison, à Hong Kong. Les jeunes hommes avaient pris la tête d'une manifestation anti-Pékin qui avait paralysé la mégalopole pendant deux mois.

Les trois principaux leaders de la "révolte des parapluies" condamnés à plusieurs mois de prison. Joshua Wong, Nathan Law et Alex Chow, jeunes meneurs du vaste mouvement prodémocratie de l'automne 2014 à Hong Kong ont été condamnés jeudi 17 août à des peines de prison pour leur rôle dans la révolte.

Aux yeux de leurs soutiens, les poursuites à leur encontre sont une preuve supplémentaire que Pékin renforce sa mainmise sur l'ancienne colonie britannique revenue dans son giron en 1997.

Joshua Wong, Nathan Law et Alex Chow se sont vus infliger respectivement en appel des peines de six, huit et sept mois d'emprisonnement. Le tribunal avait été saisi par le parquet qui trouvait trop clémentes les peines prononcées en première instance. En août 2016, Joshua Wong et Nathan Law avaient été condamnés à des travaux d'intérêt général (TIG) et Alex Chow à trois semaines de prison avec sursis.

"Un pays deux systèmes"

Tous trois ont été condamnés pour leur rôle dans un rassemblement jugé illégal, le 26 septembre 2014. Les manifestants avaient escaladé des barrières métalliques et étaient entrés dans Civic Square, une place située dans un complexe gouvernemental.

Cette action avait déclenché des manifestations plus importantes et deux jours plus tard débutait le mouvement prodémocratie de masse, quand la police avait tiré du gaz lacrymogène dans la foule qui s'était protégée à l'aide de parapluies.

Pendant plus de deux mois, des centaines de milliers de Hongkongais avaient paralysé des quartiers entiers de la mégapole pour réclamer l'instauration d'un véritable suffrage universel. Mais Pékin n'avait pas reculé d'un pouce. D'après les termes de l'accord sino-britannique sur la rétrocession, Hong Kong jouit de libertés inconnues ailleurs en Chine continentale, en vertu du principe "un pays, deux systèmes", en théorie jusqu'en 2047.

>> À (re)lire sur France 24 : "Hong Kong est en train de perdre sa particularité"

"Le peuple uni ne sera jamais défait"

Beaucoup ont cependant le sentiment que ces libertés s'érodent et que Pékin ne soit en train de renier cet accord. Avant le rendu du jugement de la cour d'appel, les partisans des trois jeunes gens, en larmes, les avaient pris dans leur bras. "Honte aux persécutions politiques !", criaient-ils.

"Le peuple uni ne sera jamais défait", a lancé à ses partisans Joshua Wong, qui à 17 ans était devenu le visage du mouvement. "Tous, continuez, n'abandonnez pas !". Une vingtaine de manifestants pro-Pékin avaient organisé un contre-rassemblement, criant par haut-parleur interposé : "Payez le prix en prison !". Le ministère de la Justice s'était par avance défendu de toute motivation politique dans cette affaire. "Il n'y a absolument aucun fondement à laisser entendre (que le ministère) soit motivé par des considérations politiques".

Avec AFP

Première publication : 17/08/2017

  • HONG KONG

    Le président chinois est à Honk Kong pour les 20 ans de la rétrocession, les manifestants se préparent

    En savoir plus

  • CHINE

    La Chine interdit à deux indépendantistes de sièger au Parlement de Hong Kong

    En savoir plus

  • HONG KONG

    Hong Kong : percée électorale du "Mouvement des parapluies"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)