Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Quand la prolifération des algues était une bonne nouvelle

© AFP/Archives | Photo prise en mai 2009 de micro-algues s'alimentent en CO2 dans des bassins

PARIS (AFP) - 

Après un épisode glaciaire extrême, il y a 650 millions d'années, la fonte des glaces aurait apporté des "torrents de nutriments" dans les océans permettant le développement massif d'algues, un événement qui pourrait expliquer l'apparition de la vie animale.

"Après que les bactéries ont régné sur la Terre pendant plus de 3 milliards d'années, l'augmentation des nutriments a fourni l'énergie nécessaire au développement de formes de vie plus complexes et à l?émergence des animaux", explique Jochen Brocks de l'Université nationale australienne et auteur principal de cette étude publiée mercredi dans Nature.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs, allemands et australiens, ont analysé d'anciennes roches sédimentaires australiennes. Ils ont alors constaté que le nombre d'organismes complexes avait été multiplié par 100 voire par 1.000 immédiatement après l'épisode glaciaire.

La fonte des glaces et l'apport massif de nutriments dans les océans ont engendré "un grand bouleversement de l'écosystème des océans qui, de purement bactérien, s'est mis a abriter des organismes plus gros et plus complexes", explique M. Brocks.

Mais ces organismes ne sont encore que de micro-algues, nous sommes encore loin de la vie animale bien qu'ils soient tout de même 1.000 fois plus gros qu'une bactérie. "C'est la même différence de taille qu'entre une souris et un éléphant", explique le chercheur pour donner une idée de l'ampleur du phénomène.

Selon l'étude, cette prolifération des algues a fourni le premier maillon de la chaîne alimentaire, créant une réserve d'énergie nécessaire à l'émergence des animaux.

"La prolifération des algues et l'apparition des animaux sont si proches dans le temps qu'il est très peu probable que cela soit une coïncidence", explique le chercheur.

Quand et pourquoi les animaux sont apparus sur Terre restent des questions largement débattues. De nombreuses théories s'affrontent sans de réelles données pour les départager.

Certains scientifiques pensent que c'est une question de temps: la formation d'une grande créature multicellulaire est tellement compliquée qu'il faut des milliards d'années pour y arriver.

D'autres avancent que les animaux peuvent évoluer rapidement si toutes les conditions sont réunies. Citant par exemple l'oxygène comme élément bloquant.

"Notre découverte prouve que c'était la nourriture qui manquait pour que la vie animale apparaisse", explique le chercheur. "Nous avons eu besoin de charbon, de créatures en bas de la chaîne alimentaire qui fournissent de la nourriture", conclut le géobiologiste.

© 2017 AFP