Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le bras de fer entre Madrid et la Catalogne fait réagir la toile

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le risque de la radicalisation

En savoir plus

POLITIQUE

Florian Philippot quitte le Front National: Marine Le pen fragilisée ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Malala : "J’ai demandé à Macron d’investir 300 millions $ dans l’éducation des filles"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maria Callas par Maria Callas

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vertige catalan"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Malgré les protestations, le Ceta entre en vigueur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emmanuel Macron face à la rue, acte 2"

En savoir plus

Selon Bannon, les Etats-Unis sont "en guerre économique" avec la Chine

© AFP/Archives | Les Etats-Unis sont "en guerre économique" avec la Chine estime le conseiller stratégique du président américain Donald Trump, photographié le 13 mars 2017 à la maison Blanche à Washington

WASHINGTON (AFP) - 

Les Etats-Unis sont "en guerre économique" avec la Chine, déclare Steve Bannon, le controversé conseiller stratégique du président américain Donald Trump, dans un entretien publié mercredi, et la confrontation avec la Corée du Nord sur le nucléaire n'est qu'"une diversion".

"Selon moi, la guerre économique avec la Chine, c'est la question numéro 1. Nous devons nous concentrer sur cette question, de façon maniaque", a plaidé M. Bannon dans un entretien avec American Prospect, un site d'informations marqué à gauche.

"Et si nous continuons à perdre cette guerre, nous sommes à cinq ans, dix ans au maximum, du point de non-retour", a assuré l'ancien patron du site d'informations Breitbart News, dont il a fait une plateforme pour l'extrême droite américaine, rebaptisée "alt-right" ou droite alternative.

"Nous sommes en guerre économique avec la Chine", insiste-t-il: "Tout est d'ailleurs écrit chez eux, ils ne cherchent pas à cacher ce qu'ils font. L'un de nous sera en situation d'hégémonie d'ici 25 ou 30 ans, et ce sera la Chine si nous continuons sur cette voie. Sur la Corée du Nord, ils ne font que nous amadouer. Ce n'est qu'une diversion".

Apparemment isolé au sein de l'administration à la Maison Blanche, Steve Bannon, qui n'a reçu qu'un tiède soutien de la part du président Trump lors de sa dernière conférence de presse mardi, a laissé libre cours à ses avis tranchés, dans cet interview par téléphone avec le rédacteur en chef d'American Prospect, Robert Kuttner.

M. Bannon est ainsi très critique face à la menace du président Trump de faire tomber "le feu et la colère" sur la Corée du Nord si elle persiste à menacer les Etats-Unis avec ses missiles et son programme nucléaire.

"Il n'y a pas de solution militaire, laissons tomber. Tant que quelqu'un n'aura pas résolu l'équation qui me démontrerait que dix millions de Sud-Coréens ne mourront pas dans les 30 minutes suivantes, tués par des armes conventionnelles, je ne vois pas de quoi on parle, il n'y a pas de solution militaire, ils nous tiennent", a déclaré Steve Bannon.

Quant à ceux au sein du département d'Etat ou au Pentagone qui veulent obtenir l'aide de la Chine dans le cadre de ce dossier nord-coréen, il n'est pas tendre avec eux: "Ils font dans leur froc".

De même, loin de soutenir le président Trump dans le cadre de la polémique autour des événements de Charlottesville, en Virginie, et des mouvements d'extrême droite, M. Bannon a traité avec dédain ce mouvement nationaliste blanc qu'il avait pourtant aidé avec Breitbart News.

"L'ethno-nationalisme, ce sont des losers. Ils sont à la marge. Je pense que les médias leur donnent trop d'importance, et nous devons aider à les écraser, à les écraser encore plus".

"Ces gars, c'est juste une collection de clowns", insiste-t-il, au sujet de ces mouvements suprémacistes blancs.

© 2017 AFP