Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Amériques

Attentat de Barcelone : Trump conseille les méthodes expéditives du général Pershing

© AFP | Dans un tweet après l'attentat de Barcelone, Trump cautionne des méthodes expéditives contre le "terrorisme islamiste radical".

Vidéo par Ludovic DE FOUCAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/08/2017

Donald Trump a préconisé jeudi des méthodes expéditives contre le "terrorisme islamiste radical". Dans un tweet, il a fait référence à une légende urbaine concernant l’exécution de musulmans durant l'occupation américaine des Philippines en 1908.

Quelques minutes seulement après avoir condamné sur Twitter l’attentat de Barcelone et offert l’aide de Washington, Donald Trump a envoyé dans la soirée du jeudi 18 août un nouveau tweet qui, une fois de plus, n’est pas passé inaperçu : “Songez à ce que le général Pershing  des États-Unis a fait aux terroristes qu’il a attrapés. Il n’y a plus eu de terrorisme islamiste radical pendant 35 ans”.

Le président américain fait référence à une légende urbaine de l'occupation américaine des Philippines selon laquelle le général John Pershing aurait fait exécuter, en 1908, 49 prisonniers musulmans philippins avec des balles trempées dans le sang de cochon - un animal impur selon la tradition musulmane. Il les aurait ensuite fait enterrer enroulés dans une peau de porc. Le général Pershing était, à l’époque, gouverneur à Moro, une province musulmane des Philippines en proie à une insurrection.

Toujours selon la légende, il aurait relâché le 50ème prisonnier pour qu'il porte témoignage auprès des autres rebelles qui, effrayés par la perspective de ne pas aller au paradis, auraient déposé les armes. Le général deviendra ensuite célèbre comme commandant du corps expéditionnaire américain en France en 1917.

Deux sites réputés de fact checking, Snopes et Politifact, affirment que l’anecdote du président américain est une légende urbaine. Donald Trump l’avait d’ailleurs déjà évoquée au cours d'une réunion électorale en Caroline du Sud en février 2016, affirmant alors "que pendant 25 ans il n'y a plus eu de problème".

Un président qui renonce à incarner toute forme d’autorité morale

Première publication : 18/08/2017

  • ESPAGNE

    En direct : double attentat à la voiture bélier en Espagne, 13 morts à Barcelone, des blessés à Cambrils

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Attentat de Barcelone : condamnations dans le monde entier et "solidaridad"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)