Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Émoticône hijab : la victoire de Rayouf Alhumedhi, lycéenne saoudienne

En savoir plus

Amériques

"Il est temps de faire quelque chose" : 40 000 personnes manifestent contre le racisme à Boston

© Spencer Platt, Getty images North America, AFP | Des milliers de personnes ont défilé à Boston le 19 août 2017 contre le racisme.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/08/2017

Environ 40 000 manifestants anti-racisme et anti-fascisme ont défilé samedi à Boston pour dénoncer un rassemblement de l'extrême droite qu'ils qualifient de tribune de la propagande raciste. Près de 500 policiers ont été déployés.

Samedi 19 août à Boston, environ 40 000 personnes ont manifesté contre le racisme, donnant lieu à des accrochages avec la police une semaine après les violences de Charlottesville.

De nombreuses associations anti-racisme et anti-fascisme avaient appelé à une grande manifestation après qu'un groupe eut appelé à un rassemblement dans le centre de Boston ce samedi. Officiellement, il s'agissait pour ces manifestants d'extrême droite dite alternative de défendre la "liberté d'expression" - une expression devenue symbole de discours anti-politiquement correct et parfois raciste.

Seules quelques dizaines de personnes ont finalement participé au rassemblement auquel avaient promis de se joindre des militants d'extrême droite, selon les images de cette manifestation qui s'est terminée 30 minutes plus tôt que prévu..

>> À lire : l'alt-right, ce mouvement d'extrême droite qui veut rendre le "racisme cool"

15 000 à 30 000 manifestants

Mais alors que la tension était montée toute la semaine aux États-Unis, avec un déboulonnage en urgence de monuments confédérés perçus comme des symboles racistes dans plusieurs villes, la police de Boston, grand bastion progressiste du nord-est, avait été déployée en force pour pouvoir séparer les deux camps.

Lorsque les milliers de manifestants dénonçant les "nazis" ou le "Ku Klux Klan" ont convergé dans le centre de Boston, à proximité du rassemblement pour la liberté d'expression, certains d'entre eux ont été violemment repoussés par les policiers, qui les ont chargés en utilisant matraques et équipement anti-émeute, a rapporté un photographe de l'AFP. Quelque 27 manifestants ont été arrêtés, mais aucun blessé "sérieux" n'a été déploré, selon la police de Boston.

Tant le chef de la police que le maire démocrate Marty Walsh ont exprimé leur soulagement d'avoir évité le niveau de violence atteint à Charlottesville le week-end dernier, où un sympathisant néonazi a tué une jeune femme et blessé 19 personnes en fonçant en voiture dans la foule.

Appels au calme

Le président des États-Unis Donald Trump, fortement critiqué y compris dans son camp pour n'avoir pas dénoncé clairement l'extrême droite après Charlottesville, a d'abord twitté "semble qu'il y ait beaucoup d'agitateurs anti-policiers à Boston", avant d'adopter un ton plus conciliant: "je veux saluer les nombreux manifestants de Boston qui s'expriment contre l'intolérance et la haine. Notre pays sera bientôt rassemblé !". "Parfois, on a besoin de manifester pour se sentir mieux", a-t-il ajouté, allusion apparente au malaise ambiant.

Sa fille Ivanka, dont le mari est de confession juive, a twitté: "C'était beau de voir des milliers de personnes à travers les États-Unis se rassembler aujourd'hui pour dénoncer pacifiquement l'intolérance, le racisme et l'antisémitisme".

La manifestation de Boston était l'un des nombreux rassemblements prévus durant le week-end. Samedi soir environ 2.500 personnes ont été dénombrées à Dallas, au Texas et quelque 2.000 ont marché vers la tombe de Martin Luther King à Atlanta, en Géorgie.

>> Voir le débat : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

Avec AFP

Première publication : 19/08/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Une semaine après Charlottesville, un rassemblement d’extrême droite sous tension à Boston

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    “Des torts partagés” : Trump revient à la charge sur les responsabilités à Charlottesville

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le drame de Charlottesville fait ressurgir les liens entre le père de Trump et le Ku Klux Klan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)