Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Militaires attaqués: un membre de l'entourage du suspect remis en liberté

© AFP/Archives | Des pompiers et médecins aident les soldats blessés dans une attaque à la voiture-bélier à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le 9 août 2017

PARIS (AFP) - 

L'homme interpellé mercredi à Marseille dans l'entourage du suspect de l'attaque à la voiture-bélier contre des militaires à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) a été remis en liberté vendredi sans être poursuivi, a-t-on appris de source judiciaire.

La garde à vue de cet homme de 35 ans, domicilié à Argenteuil (Val-d'Oise), a été levée vendredi soir, a indiqué cette source, soit deux jours après son arrestation à Marseille. S'agissant d'une enquête antiterroriste, sa garde à vue aurait pu être prolongée jusqu'à 96 heures.

Au lendemain de son arrestation, cet homme, selon une source proche du dossier, n'apparaissait pas relié directement à l'attaque du 9 août, mais il semblait en lien avec le domicile en région parisienne d'Hamou B., l'Algérien de 36 ans soupçonné d'avoir renversé et blessé six militaires de l'opération Sentinelle à Levallois, à l'ouest de Paris.

Hamou B., qui cumulait plusieurs emplois, notamment comme chauffeur VTC, vivait apparemment seul dans un quartier résidentiel de Bezons (Val-d'Oise), à neuf kilomètres du lieu de l'attaque.

Blessé de cinq balles lors de son arrestation, quelques heures plus tard, au volant de la BMW qui avait foncé sur les soldats, Hamou B. n'a toujours pas pu être entendu par les enquêteurs. Ceux-ci tentent de déterminer les motivations de cet homme, jusqu'ici inconnu des services de renseignements et sans casier judiciaire.

Sa garde à vue avait été rapidement levée en raison de ses blessures. Plusieurs fois opéré depuis, il ne pourra probablement pas être entendu "avant plusieurs jours ou semaines", selon une source proche de l'enquête.

D'autres membres de son entourage ont été entendus en audition libre par les enquêteurs, et les premiers éléments mettent en évidence un profil plutôt solitaire.

© 2017 AFP