Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : Jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 2)

En savoir plus

FRANCE

Nîmes : un signalement suspect provoque l'évacuation de la gare

© Jaime Reina / AFP | Des voyageurs et des policiers en gare de Nîmes le samedi 19 août.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/08/2017

La gare de Nîmes a été évacuée samedi vers 21H15 suite à un signalement suspect qui a débouché sur une arrestation. Les lieux ont été partiellement rouverts une heure après, et la préfecture a démenti les rumeurs de fusillade.

Dans le climat de peur généré par les attentats qui ont endeuillé la Catalogne en fin de semaine, la gare de Nîmes a été évacuée samedi 19 août au soir après le signalement d'un homme armé par un témoin.

La police a interpellé à proximité de la gare un homme correspondant au signalement, qui avait dans son sac à dos un pistolet d'alarme, a-t-on appris de source policière.

Vers 23H00, la gare avait partiellement rouvert, les forces de l'ordre laissant entrer et sortir les voyageurs en les filtrant sans que le périmètre de sécurité ait été totalement levé.

La "levée de doute" a été annoncée par la préfecture un peu plus d'une heure après le début de cet incident.

Après des tweets évoquant une fusillade, la préfecture du Gard a indiqué sur son compte Twitter : "Absence de fusillade en gare de Nîmes, opération de vérification par rapport à un signalement suspect".

Le ministre français de l'Intérieur, Gérard Collomb, avait assisté symboliquement dans l'après-midi au coup d'envoi du tour cycliste d'Espagne, dont la première étape avait lieu à Nîmes, à peine deux jours après les attentats de Catalogne.

>> À lire : À Nîmes, le grand départ de la Vuelta plombé par les attentats en Espagne

Avec AFP

 

Première publication : 20/08/2017

  • CYCLISME

    À Nîmes, le grand départ de la Vuelta plombé par les attentats en Espagne

    En savoir plus

  • ATTENTATS EN CATALOGNE

    Espagne : un imam au centre de l'enquête sur les attentats de Barcelone et de Cambrils

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Barcelone, joyau du tourisme et "principal foyer du terrorisme jihadiste en Espagne"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)