Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Sports

Mondial de rugby : les Bleues aux portes de l'exploit

© Paul Faith, AFP | L'équipe de France féminine de rugby, le 17 août 2017, célébrant sa qualification pour les demies-finales.

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 22/08/2017

L'équipe de France féminine affrontera mardi l'Angleterre en demi-finale du Mondial. Les Bleues, qui n'ont jamais atteint la finale, espèrent inverser le destin. Boostées par une popularité croissante, elles n'ont jamais été autant en confiance.

Depuis le début du Mondial 2017 de rugby féminin qui se tient en Irlande, les Bleues ont donné l’image d’un rouleau compresseur. Trois matchs, trois victoires, trois démonstrations. L’équipe de France de rugby s’est qualifiée vendredi 18 août pour les demi-finales en s’imposant face au Irlandaise sur le score de (21-5), après avoir battu l’Australie (48-0) et le Japon (72-14).

Septième demi-finale en huit édition

Mais c’est maintenant que la compétition va véritablement commencer pour les Françaises. Pour décrocher leur billet pour la finale, les tricolores vont devoir se défaire mardi 22 août des Anglaises, championnes du monde en titre et dernier vainqueur du Tournoi des Six nations. Alors que l’Angleterre a déjà gagné deux couronnes (en 1994 et en 2014), les Françaises n’ont jamais fait mieux qu’une troisième place. En huit éditions, elles vont disputer leur septième demi-finale.

"On a vraiment envie de passer ce cap", a ainsi réagi la capitaine Gaëlle Mignot, au lendemain de leur qualification. "On a été euphoriques, un peu, après la victoire sur l’Irlande. Cela n’a duré que le soir. Dès le lendemain matin, on l’a vu dans le visage des filles : tout le monde a attaqué direct les vidéos, le travail, la récupération. On a vraiment basculé", a ajouté la joueuse.

Les Bleues ne veulent surtout pas répéter le scénario du dernier Mondial de 2014. Pourtant données favorites, elles avaient une nouvelle fois échoué aux portes de la finale en s’inclinant face au Canada (16-18).

Pour cette confrontation contre l’Angleterre, tous les voyants sont au vert. Les Françaises affichent de l’expérience avec des cadres comme Gaëlle Mignot, Caroline Ladagnous, Safi N’Diaye. Elles ont aussi réussi à intégrer de jeunes pousses comme l’ouvreuse Caroline Drouin, l’arrière Montserrat Amédée ou la pilier Anaëlle Deshayes. Efficaces à tous les niveaux de jeu, les Bleues, qui sont ensembles depuis plus de deux mois, ont bénéficié d’une préparation physique poussée.

Records d’audience

En dehors du terrain, les Françaises peuvent aussi compter sur un fort engouement populaire. Le match qui leur a permis de se qualifier a été diffusé pour la première fois en prime time sur France 2. Ce baptême s’est révélé payant. La rencontre a été suivie en moyenne par 2,4 millions de téléspectateurs avec un pic à 3,1 millions en fin de rencontre. Un record d’audience pour un match de rugby féminin.

La sociologue Béatrice Barbusse, auteur du "Sexisme dans le sport", n’est pas surprise par ces chiffres. "Il n’est plus rare maintenant que la diffusion d’un match de sport collectif féminin où il y a un enjeu sportif fasse entre 2 millions et 4 millions de téléspectateurs. Si l’on jette un coup d’œil aux affluences dans les stades ou les salles en sport collectif, on constate que le public vient également plus nombreux", explique à France 24 celle qui est aussi la seule femme à avoir présidé en France un club professionnel de handball, l’US Ivry Handball. "Les audiences augmentent progressivement, mais irrémédiablement n’en déplaisent encore à certains détracteurs. À partir du moment où l’on montre du sport au féminin, les amoureux-ses du sport ne peuvent qu’être séduit-es par le spectacle même si toutes les compétitions sont inégales encore en termes de niveau parfois".

Pour cette sociologue, cette visibilité va aller croissante, même si tout dépend aussi des résultats sur le terrain : "Cela s’améliorera franchement, et d’autant plus, si nos sportives et nos équipes rapportent des trophées et titres significatifs à des compétitions majeures (Ligue des champions, Coupes d’Europe, championnats d’Europe, du Monde, Jeux olympiques). En tant que femmes, hélas, elles n’ont pas le choix. On ne leur pardonnera pas des ratés surtout si ceux-là se répètent".

Les Bleues sont prévenues. Une qualification en finale du Mondial de rugby et un éventuel titre ne pourra qu’accélérer un phénomène déjà bien enclenché. Les mentalités changent, les clichés tombent et le sport féminin a le vent en poupe. "Mais cela ne veut pas dire pour autant que le combat est gagné définitivement. Il faut encore et toujours maintenir une certaine pression pour que l’on nous oublie pas !", insiste cependant Béatrice Barbusse.

Première publication : 21/08/2017

  • RUGBY

    XV de France : "Le rugby, ce n’est pas que des filles qui se crêpent le chignon"

    En savoir plus

  • RUGBY FEMININ

    Coupe du monde de rugby : les Bleues sorties en demi-finale

    En savoir plus

  • RUGBY

    Rugby féminin : les Françaises en demi-finale de la Coupe du monde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)