Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le football américain défie Donald Trump genou à terre

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tchadiens bientôt privés de sol américain

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

Merkel assure qu'après la politique, elle n'ira pas dans les affaires

© AFP/Archives | La chancelière allemande Angela Merkel, le 18 août 2017 à Berlin

BERLIN (AFP) - 

La chancelière allemande Angela Merkel a assuré lundi qu'une fois sa carrière politique achevée, elle n'acceptera pas de poste dans les affaires, dénonçant son prédécesseur, Gerhard Schröder, qui a rejoint le géant pétrolier russe Rosneft.

"Je trouve que ce que fait Monsieur Schröder n'est pas bien, chez Rosneft du moins", a-t-elle dit lors d'un entretien diffusé sur le site du journal populaire allemand Bild.

"Lorsque je ne serai plus chancelière, je n'ai pas l'intention de prendre un poste dans les affaires", a ajouté la dirigeante conservatrice, en campagne pour un quatrième mandat à l'issue des législatives du 24 septembre.

Le social-démocrate Gerhard Schröder, chancelier de 1998 jusqu'à sa défaite face à Mme Merkel en 2005, est un ami de longue date du président russe Vladimir Poutine.

Peu après sa défaite électorale, il avait pris la tête du comité d'actionnaires de la société contrôlée par Gazprom exploitant le gazoduc Nord Stream, qui distribue le gaz russe à l'Allemagne via la mer Baltique.

Désormais, M. Schröder doit aussi siéger au Conseil d'administration du groupe semi-public Rosneft, pourtant sous sanctions occidentales en raison de la crise en Ukraine, un poste qui devrait lui rapporter quelque 500.000 dollars (425.000 euros) annuels avant impôts.

Cette nouvelle fonction, qui s'ajoute à ses appels à lever les sanctions contre la Russie, lui a valu bien des critiques en Allemagne, même dans le camp social-démocrate, qui s'est trouvé embrassé par ce thème en pleine campagne électorale.

Le candidat du SPD Martin Schulz a ainsi assuré avoir signifié à M. Schröder son désaccord, alors que les conservateurs accusaient l'ex-chancelier de s'être "vendu" à la Russie de M. Poutine.

© 2017 AFP