Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Wall Street indécise à l'ouverture

© AFP/Archives | Wall Street hésite à l'ouverture, prudente avant le symposium des banques centrales en fin de semaine, tout en surveillant les tumultes à Washington

NEW YORK (AFP) - 

Wall Street hésitait à l'ouverture lundi, penchant pour la prudence en attendant le symposium des banques centrales en fin de semaine, tout en surveillant les tumultes à Washington: le Dow Jones cédait 0,04% tandis que le Nasdaq prenait 0,09%.

Vers 13H50 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average lâchait 8,72 points, à 21.665,90 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 5,59 points, à 6.222,12 points.

L'indice élargi S&P 500 avançait de 0,02%, ou 0,58 point, à 2.426,13 points.

La Bourse de New York avait clôturé dans le rouge vendredi, à l'issue d'une séance très indécise, ponctuée par les turbulences politiques autour de Donald Trump et des résultats d'entreprises contrastés: le Dow Jones avait perdu 0,35% et le Nasdaq 0,09%.

Entre les polémiques autour du président américain, les doutes sur la capacité des parlementaires américaines à adopter toute réforme économique significative, les tensions persistantes avec la Corée du Nord et les interrogations continues sur la valorisation des actions, "une certaine forme de temporisation domine actuellement sur Wall Street", a avancé Patrick O'Hare, de Briefing.com.

En termes d'indicateur, l'agenda est léger, les investisseurs devant attendre le milieu de la semaine pour prendre connaissance de certains indices, notamment sur les ventes de logements neufs et les reventes de logements pour le mois de juillet.

Dans ce contexte, la conférence réunissant de jeudi à samedi à Jackson Hole dans le Wyoming un cénacle de banquiers centraux "devrait faire parler toute la semaine les commentateurs de la santé de l'économie mondiale et des politiques monétaires", a avancé M.O'Hare.

Les investisseurs attendent en particulier les discours vendredi du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, et de son homologue de la Réserve fédérale, Janet Yellen.

"Les marchés, déjà traditionnellement soumis à une certaine anxiété en août, seront exposés à une pression supplémentaire avec les spéculations" autour de ces discours, a estimé Sam Stovall, de CFRA.

"Même si le S&P 500 est actuellement à seulement 2,2% de son niveau le plus haut atteint le 7 août, les éléments techniques actuels du marché font apparaître la possibilité d'un repli plus important", a-t-il souligné.

Le marché obligataire était quasi stable: le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans s'affichait à 2,193%, contre 2,194% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,778%, contre 2,776%.

© 2017 AFP