Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Familles séparées : la grogne monte aux États-Unis

En savoir plus

L’invité du jour

Karine Tuil : "Romancière, je tente à travers l’observation de la société d’en décrypter la complexité"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Boeing : "Il faut maintenir le dialogue entre américains et chinois"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grèce : un allègement de la dette se profile à l'Eurogroupe

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Trump contraint de reculer sur les familles de sans-papiers"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Play it again, Cristiano Ronaldo"

En savoir plus

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée : une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 23/08/2017

Hollande à Macron : "Attention..."

© France 24

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 23 août, l’avertissement de François Hollande à Emmanuel Macron sur les «sacrifices» demandés aux Français. La tournée de son successeur en Europe de l’Est. La mémoire esclavagiste de la France. La lutte mondiale contre le braconnage. Et la suite du feuilleton Neymar/Barça.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Au menu de cette revue de presse française, la mise en garde de François Hollande à Emmanuel Macron. Lancien chef de l’Etat demande à son successeur «de ne pas demander aux Français des sacrifices qui ne sont pas utiles».

 

Il avait promis de ne pas s’exprimer «pour ne pas gêner» l’action d’Emmanuel Macron. François Hollande est finalement sorti de sa réserve, hier, ajoutant que «flexibiliser le marché du travail au-delà de ce qu’(il avait) déjà fait», risquait de «créer des ruptures» - un avertissement qui tombe en pleine présentation de la réforme du Code du travail aux syndicats, relève le Figaro – qui précise que l’ex-président a aussi vanté, à cette occasion, sa propre politique, assurant que «les résultats sont là», qu’ils «étaient d’ailleurs apparus dans les derniers mois (de son) quinquennat», et qu’ils sont «d’autant plus manifestes aujourd’hui». «Alors qu’Emmanuel Macron entame une série de déplacements en Europe de l’Est, son prédécesseur le tacle sèchement à la veille d’une rentrée sociale sous tension», commente le Parisien.

 

La visite d’Emmanuel Macron en Europe de l’est a pour but d’obtenir la révision de la directive européenne sur les travailleurs détachés. Message de cette tournée: «démontrer aux Français que l’Europe peut aussi protéger», selon l’Opinion – qui ironise sur la façon dont « Jupiter» voudrait «faire de l’Europe un bouclier». A la une, le dessin de Kak montre le président expliquant qu’il faut «limiter le nombre de travailleurs détachés, Roumains, Bulgares, Slovaques» et les footballeurs de Toulouse et Guinguamp, défaits par le PSG de Neymar, qui ajoutent: «Brésiliens». L’Humanité présente la visite du chef de l’Etat comme un moyen de faire «diversion», de faire «bonne figure sur le terrain social», à un moment où le gouvernement s’attelle à la «casse» du Code du travail.

 

A la Une également, le débat sur le passé esclavagiste de la France - à lire du côté de Libération. «La France aussi a ses fantômes», titre le journal, qui juge que le pays doit à son tour «se confronter aux stigmates de la traite des Noirs» - dans la foulée des Etats-Unis, qui déboulonnent les symboles des confédérés depuis Charlottesville. Le souvenir de personnalités qui ont alimenté le commerce triangulaire est toujours bien visible dans plusieurs villes françaises, notamment dans les ports qui ont participé à ce négoce, rappelle Libé – pour qui « la persistance dans les villes de France de certaines plaques célébrant la mémoire d’armateurs enrichis dans la traite, ou la présence du nom de Richepanse, alors que ce général a commis d’immondes massacres en Guadeloupe, choquent légitimement la mémoire républicaine, pas seulement dans les communautés antillaise ou africaine». «Dans ces cas précis, estime Libération, le changement de nom s’impose, comme aux Etats-Unis, où les statues (du général) Lee, la plupart du temps, célèbrent l’esclavage et la ségrégation». «Pour le reste, il vaut mieux procéder par ajout que par retranchement. Plutôt que d’effacer certains personnages, comme dans l’URSS de Staline, il vaut bien mieux compléter avec précision et justesse leurs biographies».

 

Le Figaro revient, lui, sur l’assassinat du défenseur de la cause animale Wayne Lotter, tué la semaine dernière en Tanzanie. Le journal rend hommage à «ce militant infatigable à l’humour excentrique», que la célèbre primatologue Jane Goodall qualifie de «héros». Cet ancien ranger en Afrique du sud, qui vient probablement de payer de sa vie combat contre les braconniers, avait pris fait et cause pour les éléphants tanzaniens, victimes du trafic d’ivoire. «L’or blanc», rapporte le Figaro, la défense d’ivoire brute, se négocie actuellement autour de 1000 euros le kilo – la corne de rhinocéros transformée en poudre pour de prétendus remèdes aphrodisiaques, pouvant quant à elle atteindre plus de 50 000 euros. Au-delà des ventes clandestines de défenses d’éléphants et de cornes de rhinocéros, destinées principalement à la chine, et plus récemment au Vietnam, le journal évoque un trafic mondial des espèces menacées évalué entre 15 et 20 milliards de dollars – un trafic parmi les cinq plus rentables du monde avec celui des armes, des êtres humains, de la contrefaçon et des drogues.

 

Un mot, pour terminer, du contentieux qui oppose le FC Barcelone à Neymar. Le Barça porte plainte contre l’attaquant brésilien pour rupture de contrat et lui réclame 9 millions de dollars. Les conseillers du joueur ont annoncé, de leur côté, que le joueur allait lui aussi porter plainte contre son ancien club pour obtenir le reliquat de sa prime pour la prolongation de l'automne dernier… soit 26 millions d’euros… le feuilleton est donc loin d’être terminé. 9 millions, 26 millions, des sommes finalement modestes au regard des 222 millions payés par le PSG au Barça pour le transfert de Neymar - qui a tenu ces propos assez peu amènes envers les dirigeants de son ancien club: « ces gens-là ne méritent pas d'être là où ils sont. Le Barça mérite mieux, et ça, tout le monde le sait». Lu dans l’Equipe.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/06/2018 Hélène FRADE

"Donald Trump contraint de reculer sur les familles de sans-papiers"

Dans la presse, ce jeudi 21 juin, la rencontre entre le président sud-soudanais et le chef rebelle Riek Machar, une première depuis deux ans. La bataille pour prendre l’aéroport...

En savoir plus

21/06/2018 Hélène FRADE

"Play it again, Cristiano Ronaldo"

A la une de la presse, ce jeudi 21 juin, le revirement de Donald Trump sur la séparations de familles sans-papiers aux Etats-Unis. La pénalisation de l’aide aux clandestins en...

En savoir plus

20/06/2018 Hélène FRADE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

Dans la presse, ce mercredi 20 juin, la décision des États-Unis de quitter le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Un plaidoyer en faveur des migrants et des réfugiés. Les...

En savoir plus

20/06/2018 Hélène FRADE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

A la une de la presse, ce mercredi 20 juin, la journée mondiale des réfugiés, dont le nombre atteint un niveau inédit depuis la Seconde guerre mondiale – en plein essor des...

En savoir plus

19/06/2018 Hélène FRADE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

Dans la presse, ce mardi 19 juin, le tollé provoqué par le durcissement de la politique migratoire de l’Administration Trump. Les restes dictateur Franco bientôt exhumés à Valle...

En savoir plus