Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Solo, a Star Wars story" : à l’origine du mythe

En savoir plus

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

FOCUS

Le divorce bientôt légal aux Philippines ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Banlieues en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

FRANCE

Attentats en Catalogne : la une de Charlie Hebdo fait débat

© Charlie Hebdo | La une de l'hebdomadaire satirique signée du caricaturiste Juin, montre une camionnette s'éloignant après avoir tué des passants, avec en dessous la phrase : "islam, religion de paix... éternelle".

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/08/2017

Deux ans après la tuerie qui a décimé Charlie Hebdo, que reste-t-il de la liberté d'expression incarnée par la rédaction du journal satirique ? Pour Riss, le directeur de la publication, la situation est encore plus sensible.

La dernière une de Charlie Hebdo, consacrée aux attentats en Catalogne, provoque, depuis mercredi 23 août, un débat houleux.

Diffusée mardi sur Facebook, avant une parution mercredi, la une de l'hebdomadaire satirique signée du caricaturiste Juin, montre une camionnette s'éloignant après avoir tué des passants, avec en dessous la phrase : "islam, religion de paix... éternelle".

Débat en ligne

Dans un éditorial intitulé "Les autruches en vacances", le directeur de la publication Riss, grièvement blessé lors d'une attaque dans les locaux de la publication perpétrée par deux jihadistes en janvier 2015, qui avait décimé la rédaction, dénonce "le bourrage de crâne [qui] a réussi à nous faire admettre que le ‘fait religieux’ ne doit pas être discuté".

Sur Twitter, le sujet Charlie Hebdo faisait partie des plus discutés en France, générant plus de 15 000 tweets pour soutenir ou critiquer le journal, réputé pour son humour acerbe, sa critique des religions et son sens de la provocation.

"La une de #CharlieHebdo est très bien. C'est le terrorisme islamiste et les radicalismes religieux qu'il faut combattre et pas un journal", a estimé l'urgentiste et ancien de Charlie, Patrick Pelloux.

De son côté, le député socialiste Stéphane Le Foll a critiqué la une de Charlie Hebdo, appelant l'hebdomadaire satirique à "la responsabilité" et à éviter de "dangereux amalgames".

L'hebdo avait déjà fait polémique après les attentats de Bruxelles, avec sa une du 30 mars 2016, signée Riss et représentant le chanteur Stromae entouré de parties de corps tailladés avec la légende "Papa où t'es ?".

Avec AFP

Première publication : 24/08/2017

  • Un oeil sur les médias

    Brigitte Macron : La Une de "Charlie Hebdo" insultante ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Charlie Hebdo : deux ans après, "il y a une susceptibilité qui est encore plus grande"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après le séisme, les Italiens ulcérés par un dessin de Charlie Hebdo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)