Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La chanson française à fleur de peau

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pete Souza, ancien photographe à la Maison Blanche : "Obama a beaucoup d'humour"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Arnaud Danjean : "Les Européens doivent assumer leur sécurité de façon plus autonome"

En savoir plus

Moyen-Orient

Pour le chef de l'opposition turque, "80 millions de Turcs ont soif de justice"

© Ozan Kose, AFP | Le chef du principal parti d'opposition turc Kemal Kiliçdaroglu devant des milliers de ses partisans samedi 26 août.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/08/2017

Lors de l'ouverture d'un "Congrès pour la justice", inédit en Turquie, Kemal Kiliçdaroglu, chef du Parti républicain du peuple (CHP), a accusé le président Recep Tayyip Erdogan de diriger le pays en "tyran".

"Il n'y a pas de droit, de loi ou de justice dans ce pays". Le chef du principal du Parti républicain du peuple (CHP), principal parti d'opposition en Turquie, a accusé le président Recep Tayyip Erdogan de diriger le pays en "tyran", affirmant que toute la population avait "soif de justice" lors de l'ouverture, samedi 26 août, d'un "Congrès pour la justice" inédit en Turquie.

"Ce n'est pas une personne, mais 80 millions (soit l'ensemble de la population turque, NDLR) qui ont soif de justice", a-t-il ajouté devant des milliers de ses partisans.

Kemal Kiliçdaroglu tient ce congrès dans la foulée de la "marche pour la justice" au cours de laquelle il a parcouru à pied les quelque 450 kilomètres qui séparent Ankara d'Istanbul. Cette initiative avait rencontré un succès inattendu, ralliant une foule croissante tout au long de son parcours. Des centaines de milliers de personnes avaient participé au rassemblement final de la marche, début juillet.

Rivalité croissante à deux ans de la prochaine présidentielle

Le Congrès se tient dans la province de Canakkale, dans le nord-ouest du pays, et doit se poursuivre pendant quatre jours. L'événement a lieu alors que les rivalités politiques s'enflamment à deux ans des prochaines élections présidentielle et législatives : Recep Tayyip Erdogan tenait lui-même samedi un meeting géant à Malazgirt, dans l'est du pays, commémorant une bataille au cours de laquelle l'armée d'un sultan seldjoukide a mis en déroute les Byzantins en 1071.

Le choix de Canakkale par le CHP est lui aussi hautement symbolique puisque c'est là qu'a eu lieu la bataille de Gallipoli au cours de laquelle l'armée ottomane a repoussé les forces alliées au cours de la Première Guerre mondiale. Cette bataille est devenue un symbole de la résistance qui a abouti à la fondation par Mustafa Kemal Atatürk de la République turque moderne en 1923.

Avec AFP

Première publication : 26/08/2017

  • FRANCE

    La demande de libération du journaliste Loup Bureau détenu en Turquie a été rejetée

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Turquie : mandats d'arrêt contre 35 collaborateurs de médias accusés de liens avec Gülen

    En savoir plus

  • TURQUIE

    "En Turquie, la presse est instrumentalisée à des fins purement politiques"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)