Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la "flat tax" sur les revenus du capital adoptée à l'Assemblée

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Centrales nucléaires : opérations démantèlement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la mobilisation contre la réforme du travail s'essouffle

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : nouveaux affrontements entre opposants et policiers

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

Amériques

Trump gracie un ancien shérif décrié pour ses pratiques racistes

© Scott Olson / Getty Images North America / AFP | Joe Arpaio aux côtés de Donald trump lors d'un meeting fin janvier 2016 durant la campagne présidentielle.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/08/2017

Le président américain Donald Trump a gracié vendredi soir Joe Arpaio, autoproclamé le "shérif le plus dur d'Amérique". L’homme de 85 ans avait été condamné pour ses pratiques discriminatoires envers les immigrés depuis les années 1990.

Tout juste puni, déjà pardonné. Condamné il y a moins d’un mois pour ne pas avoir respecté l’injonction d’un juge fédéral lui interdisant depuis 2011 ses patrouilles anti-immigrants, l’ancien shérif, Joe Arpaio, a été gracié le 25 août 2017.

“La vie et la carrière de M. Arpaio, qui a commencé à 18 ans quand il s’est engagé dans l’armée au début de la guerre de Corée, incarne le service public désintéressé”, écrit la Maison Blanche dans un communiqué. "Le shérif Joe Arpaio a maintenant 85 ans, et après plus de 50 ans d’admirable service pour notre pays, il mérite un pardon présidentiel."

>> À lire sur les Observateurs : Le shérif "le plus coriace d’Amérique" met les immigrants en caleçons roses

La sentence du shérif devait être annoncée le 5 octobre. Il encourrait une amende et une peine de prison de six mois. "Je remercie le président pour ce qu’il a fait, c’est évident", a déclaré l’octogénaire à l'agence Reuters. “[Donald Trump] est un grand défenseur du respect des lois”, a-t-il ajouté. L’ex-shérif doit donner une conférence de presse prochainement notamment pour parler de ses projets d’avenir et s’il souhaite se représenter. “Je ne m’en vais pas”, a-t-il, pour l’heure, simplement déclaré.

Donald Trump a gracié “un terroriste”

La grande association américaine de défense des libertés, ACLU, estime que ce pardon équivaut à "une validation présidentielle du racisme". Et d’ajouter : "le président a envoyé un dangereux message. Il a choisi l’illégalité plutôt que la loi, la division plutôt que l’unité et la douleur plutôt que la guérison".

Alejandra Gomez, co-directrice de l’organisme Living United for Change in Arizona (LUCHA) a employé des mots encore plus forts, affirmant que Donald Trump venait de gracier “un terroriste". "Joe Arpaio a terrorisé intentionnellement les communautés de migrants à travers l’Arizona pendant des décennies et traumatisé une génération entière. Sa place est en prison."

Joe Arpaio a officié comme shérif du comté de Maricopa en Arizona pendant 24 ans avant d’être battu par un démocrate aux élections de novembre 2016. En plus de ses patrouilles discriminatoires entre 1996 et 2016, des mesures de profilage racial lui sont aussi imputées. Ses équipes avaient notamment l'habitude d'arrêter des automobilistes d'origine hispanique sur de simples soupçons qu'ils se trouvaient en situation illégale.

Donald Trump, pour qui Joe Arpaio avait appelé à voter en 2016, avait laissé entendre mardi dernier lors d'une réunion de ses partisans à Phoenix dans l'Arizona, qu'il s'apprêtait à gracier Joe Arpaio, qu'il a souvent montré en exemple pour ses positions dures en matière d'immigration. “Je ne vais pas le faire ce soir parce que je ne veux pas créer de controverse [mais] le shérif peut être tranquille”, avait alors déclaré le président sous des applaudissements nourris.

Avec Reuters

Première publication : 26/08/2017

  • ÉTATS-UNIS

    À Phoenix, Trump galvanise ses partisans en s'attaquant aux médias

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La Maison Blanche annonce le départ de Steve Bannon, conseiller controversé de Trump

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    “Des torts partagés” : Trump revient à la charge sur les responsabilités à Charlottesville

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)