Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

Culture

"Divines" : les déesses des cités en quête de bling-bling

© Diaphana Films | Oulaya Amamra dans "Divines".

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 30/08/2016

Désigné meilleur premier film du dernier Festival de Cannes, "Divines" de Houna Benyamia narre les tribulations de deux jeunes filles d'une cité française en quête d'argent facile. Un récit d’apprentissage vivifiant malgré quelques travers.

Avant de l’être sur son film, Houda Benyamina fut jugée sur ses très peu orthodoxes remerciements formulés lors de la cérémonie de clôture du dernier Festival de Cannes. Tout juste récompensée par la Caméra d’or (qui honore le meilleur premier film de la Quinzaine, toutes sections confondues), la jeune réalisatrice française s’était quelque peu laissée emporter par l’enthousiasme de rejoindre le club fermé des lauréats cannois. Son "tu as du clito !" lancé à son producteur résonne encore dans le Grand Théâtre Lumière peu habitué, il est vrai, à ce genre de politesses. Certains jugèrent le discours de Houda Benyamina trop long, vulgaire, agaçant ; d’autres le trouvèrent détonnant, rafraîchissant, sincère… Il était en tous cas à l’image de son film : énergique, gouailleur, turbulent.

"Divines" sort donc sur les écrans français ce mercredi 31 août, précédé d’une réputation de "film de filles des banlieues mal élevées". Il est un peu plus que cela. Certes, Dounia et Maimouna, les deux héroïnes, ne s’encombrent pas des règles de bienséance. Elles parlent fort et vite, insultent leurs profs, sèchent les cours et fument des joints. Mais nous ne sommes guère ici dans une approche strictement naturaliste qui voudrait nous décrire par le menu le difficile quotidien dans les quartiers des banlieues difficiles.

Le film renferme de belles idées de cinéma (puisque c’est de cela qu’il s’agit). "Divines" débute sur de petites vidéos - façon Snapchat – que les deux demoiselles filment via leur téléphone portable. Elles y montrent leurs petites conneries futiles avec ce sentiment d’être les metteurs en scène de leur propre vie. Miroir aux alouettes, bien entendu, puisqu’en dehors des réseaux sociaux, Dounia et Maimouna (Oulaya Amamra et Déborah Lukumuena) n’ont pas vraiment de prise sur leur existence. La mère de la première mène une vie trop dissolue pour lui garantir des jours meilleurs, les parents de la seconde mènent une vie religieuse trop rangée pour lui garantir des jours heureux. Dans ce ghetto des cités qui voudrait les condamner à la misère et à l’ennui, le duo rêve d’autres choses. D’indépendance évidemment, de réussite surtout. Ce qui donne lieu à cette autre belle scène où les deux adolescentes s’imaginent traverser Miami au volant d’une voiture de luxe.

Plus Booba que Patti Smith

On l’aura compris, les deux "Divines" nourrissent des ambitions émancipatrices, davantage biberonnées au rap bling-bling qu’au mouvement féministe punk des Riot grrrl. Plus Booba que Patti Smith, donc. Leur modèle dans le quartier est Rebecca (Jisca Kalvanda), sorte de marraine locale du trafic d’herbe qui a réussi l’exploit de mettre les garçons au pas. En acceptant de dealer pour elle, Dounia et Maimouna, qui formaient alors un duo presque comique, entrent dans une autre sphère : celle de l'intimidation, de la violence et de la domination. Ce qu’elles pensent gagner en respectabilité, elles le perdent aussi en dignité.

Récit d’initiation, "Divines" ne se contente toutefois pas de narrer l’entrée en délinquance de deux fortes têtes. Pour Dounia, l’affirmation de soi passe également par l’apprentissage du désir qu’elle suivra au contact de Djigui (Kevin Mischel), jeune danseur écorché vif dont elle espionne les gracieuses séances d’entraînement. Parce qu’elle apprend à aimer et à s’aimer, Dounia découvre le pouvoir de séduction. Au risque de se voir trop vite en femme fatale.

D’aucuns, à l’instar de Slate, reprochent au film d’exalter la servitude volontaire que le hip-hop bling-bling porte aux nues à longueur de clips vidéos. C’est oublier que les cultures urbaines sont l’expression de générations de laissés-pour-compte qui ont valorisé au décuple les valeurs de la réussite sauvage pour mieux se les réapproprier. "Divines" n’est pas exempt de reproches, loin de là. Malgré (ou à cause de) sa sincérité, le récit de ces tribulations juvéniles n’échappent pas aux facilités, voire à la caricature, et à un épilogue par trop grandiloquent.

Dire que le film de Houda Benyamina porte en "triomphe l’esclavage désiré", c'est lui offrir des intentions qu'il n'a pas. "Divines" n’a d’autres buts que de montrer (et démonter) un fantasme : celui qu’une jeunesse alimente, sûrement à tort, à l’égard du libéralisme triomphant dont elle a été trop souvent exclue.
 

Première publication : 30/08/2016

  • CINÉMA

    "Toni Erdmann" : la cocasse histoire d'humour entre un père et sa fille

    En savoir plus

  • FESTIVAL DE CANNES

    Cannes 2016 : la Palme d'or à Ken Loach, le Grand prix du jury à Xavier Dolan

    En savoir plus

  • FESTIVAL DE CANNES

    Cannes 2016 : starlettes, cinéphiles, jet-setteurs... qui sont les festivaliers ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)