Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 29/08/2017

Gattaz au gouvernement : "Ne lâchez rien!""

© Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse française du mardi 29 août : l’université d’été du Medef, où la réforme du Code du travail sera au centre des discussions, la colère des maires face à la baisse drastique du nombre d’emplois aidés, l’arrivée de Nemo à l’Élysée et la localisation du Mont Saint-Michel.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

 

Au menu de cette revue de presse française, l’ouverture, aujourd’hui, de l’université d’été du principal syndicat patronal, le Medef. Un rendez-vous au cours duquel seront débattues les réformes proposées par le gouvernement.

La principale d’entre elles, la réforme du Code du travail, dont le contenu doit être dévoilé jeudi, sera évidemment au centre des discussions. L’occasion pour La Croix d’interroger neuf chefs d’entreprise sur leurs attentes en la matière. Si l’un dit vouloir «discuter directement avec les salariés pour être plus compétitif», un autre explique qu’il faut «permettre la représentation des salariés non syndiqués», un autre encore demandant «la reconnaissance du référendum en entreprise». «Réformes : le Medef attend beaucoup d’Emmanuel Macron», résume Le Figaro, qui évoque la réforme du droit du travail, mais aussi le projet de budget 2018, comme «les deux points clés, aux yeux du patronat, qui renseigneront sur la volonté réformatrice du gouvernement». Le message du patron des patrons, Pierre Gattaz, est on ne peut plus clair: «Surtout ne lâchez rien !», lance-t-il au gouvernement.

À la une du Parisien, le président du Medef demande à Emmanuel Macron de «ne pas céder sur la nécessité de conduire des réformes». «La réforme, c’est maintenant», prévient-il, en faisant allusion au changement promis par son prédécesseur, François Hollande - une promesse finalement non tenue, à ses yeux.

Mais cette année, ni le président, ni le Premier ministre n’iront à l’université d’été du Medef, comme cela avait été le cas sous le quinquennat précédent. Les Échos perçoivent cette absence comme la manifestation d'un «souci permanent de rééquilibrer une politique qui est vue comme penchant à droite, sur les sujets économiques du moins». «Tout sauf se voir accoler l’étiquette de 'président des riches', ou de président des patrons», commente le journal. LOpinion de son côté explique que si le gouvernement évite «les déclarations d’amour enflammées», c’est parce que «la confiance est installée» avec les patrons. «L’amour en douce», titre le journal, où le dessin de Kak montre Pierre Gattaz, couvert de cotillons, faisant mine de ne pas s’enthousiasmer. «Nous observons le travail du gouvernement avec un optimisme prudent», alors que dans les bureaux du Medef, on fait sauter les bouchons de champagne. Une histoire d’amour secrète, ou du moins discrète, entre le gouvernement et le patronat? Voilà qui ne plairait certainement pas au patron de la CGT, Philippe Martinez, dont L’Humanité relaie «l’avertissement». Pas question, prévient-il, d’accepter «la remise en cause sans précédent du droit du travail», proposée, selon lui, par l’exécutif avec la bénédiction du Medef.

À la une également, «la colère des maires», qui protestent contre la suppression de milliers de contrats aidés. Le gouvernement a annoncé la réduction d’un tiers de ces contrats subventionnés en 2017. Il y en aura 310 000, contre 459 000 en 2016, la mesure passe mal dans les communes, selon Libération, qui rappelle que ces contrats sont très utilisés pour assurer le fonctionnement des écoles. Des animateurs, des conducteurs de car, des agents municipaux «risquent de manquer». Des maires disent craindre de ne pas pouvoir accueillir les élèves dans de bonnes conditions lundi prochain, jour de la rentrée – certains assurant même ne pas être en mesure d’ouvrir leurs écoles. Libération, pour sa part, dénonce une mesure d’économie qui va laisser «un trou béant dans le filet de protection qui maintient, tant bien que mal, un semblant d’équilibre dans cette «France périphérique» dont on déplore l’abandon par les autorités, dans ces écoles rurales ou de quartier, dans ces villages déjà désertés par les services publics. Le budget s’en portera peut-être mieux», prévient le journal, «le lien social et les territoires fragiles, certainement pas».

À noter également, l’arrivée à l’Élysée de Nemo, un petit chien âgé d’à peine deux ans, adopté par Emmanuel et Brigitte Macron dans un refuge de la SPA. D’après les infos de L’Obs, il s’agit d’un petit labrador noir croisé griffon, originaire de Tulle, en Corrèze- le fief de François Hollande. Un petit chien dont l’adoption, dixit la présidence, «ne relève pas d’une signification politique profonde», mais s’inscrit «dans la lignée de la tradition présidentielle française». Il y a eu Philae, le labrador de François Hollande, Baltique, celui de François Mitterrand, Samba, celui de Valéry Giscard d’Estaing, ou encore Clara, la chienne de Carla Bruni. Voici donc Nemo, dont le rôle est de tenir compagnie au couple présidentiel, mais constitue aussi, «un coup de communication un peu plus 'old school', vieille école, que le renouveau structurel et politique promis par le candidat Macron», selon un conseiller en communication de l’Élysée.

Un mot, pour terminer, d’une vieille querelle franco-française. C’est peut-être même la querelle nationale la plus connue du pays - je parle bien sûr de l’épineux débat de la localisation du Mont Saint Michel. Le monument classé au patrimoine mondial de l’Unesco se trouve-t-il en Bretagne ou en Normandie? Une délicate question, que Le Monde se garde de trancher, rappelant au passage le célèbre diction connu de chaque visiteur : «Le Couesnon, en sa folie, a mis le mont en Normandie». Le Couesnon étant ce petit fleuve dont l'embouchure se trouve dans la baie du Mont-St-Michel. Bretons, Normands et autres devraient pouvoir continuer à débattre encore longtemps.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/10/2017 Indépendance

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

Dans cette revue de presse internationale du 20 octobre : Madrid veut suspendre l’autonomie de la Catalogne, l’épidémie de peste à Madagascar s’est propagée aux grandes zones...

En savoir plus

20/10/2017 Énergie nucléaire

Centrales nucléaires : opérations démantèlement

Dans la revue de presse française de ce vendredi 20 octobre : comment démanteler nos centrales nucléaires ? En France, une femme sur deux dit avoir été victime de harcèlement...

En savoir plus

19/10/2017 Revue de presse internationale

Brexit: "si tu reviens, j'annule tout ?"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 19 octobre, le discours du président Xi Jinping devant le 19ème Congrès du Parti communiste chinois. Une nouvelle...

En savoir plus

19/10/2017 Revue de presse française

"Macron, Sarkozy, les policiers et le football"

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 19 octobre, la troisième journée de mobilisation de la CGT contre les ordonnances sur la réforme du Code du travail. La création...

En savoir plus

18/10/2017 Revue de presse internationale

"Le parti communiste chinois, ce n'est pas ce que vous croyez"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 18 octobre, l'ouverture du 19e Congrès du Parti communiste chinois, la reprise de la ville de Raqqa par les Forces...

En savoir plus