Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : une frappe aérienne de la coalition bloque un convoi de jihadistes de l'EI évacués du Liban

© Louai Beshara, AFP | Le convoi de bus des jihadistes de l'EI photographié au Liban, le 28 août.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/08/2017

La coalition internationale a mené, mercredi, une frappe aérienne pour empêcher un convoi transportant des jihadistes de l'EI de rejoindre les territoires que contrôle l'organisation dans l'est de la Syrie.

La coalition internationale sous commandement américain a mené, mercredi 30 août, un raid aérien pour empêcher un convoi de jihadistes de l’organisation État islamique (EI) évacués du Liban d'atteindre l'est syrien.

"Pour empêcher le convoi de se diriger plus à l'Est, nous avons créé un cratère et détruit un petit pont", a expliqué à l'AFP le porte-parole de la coalition internationale anti-jihadiste, le colonel Ryan Dillon, évoquant une "frappe aérienne", sans préciser la zone géographique où le raid a été mené.

>> À voir sur France 24 : L’armée libanaise chasse l'EI et s'implante en territoire vierge

Les jihadistes ont été évincés de la frontière libano-syrienne, à la suite d'une semaine d'offensive menée sur un front par l'armée libanaise et sur un autre front par l'armée syrienne et son allié du Hezbollah. Un accord avec le parti chiite leur a permis d'être évacués par bus avec leurs familles, lundi, vers la ville de Boukamal située à Deir Ezzor, dernière province syrienne aux mains jihadistes et frontalière de l'Irak.

"Les terroristes de l'EI doivent être tués sur le terrain"

"L'EI est une menace mondiale ; déplacer des terroristes d'un endroit à un autre [...] n'est pas une solution durable", a affirmé le colonel Dillon. Et d’ajouter : "La coalition surveille le mouvement du convoi en temps réel. En accord avec les lois régissant les conflits armés, la coalition agira contre l'EI au moment et dans le lieu où elle le pourra".

L'accord sur l'évacuation du Liban de ces jihadistes a provoqué un tollé en Irak et soulevé des critiques de la part des Américains. Juste avant les déclarations du colonel Dillon à l'AFP, l'émissaire du président américain auprès de la coalition anti-EI, Brett McGurk, a critiqué l'accord. "Les terroristes de l'EI doivent être tués sur le terrain et non pas être (évacués) à bord de bus à travers la Syrie jusqu'à la frontière irakienne sans le consentement de l'Irak", a-t-il tweeté.

"Notre coalition fera en sorte que ces terroristes ne puissent jamais entrer en Irak ou s'échapper de ce qui reste de leur 'califat' chancelant", a-t-il encore averti.

Avec AFP

Première publication : 30/08/2017

  • LIBAN

    L’armée libanaise pense avoir retrouvé les restes de soldats enlevés par l’EI

    En savoir plus

  • LIBAN

    L’armée libanaise progresse face aux jihadistes de l’EI dans l’est du pays

    En savoir plus

  • LIBAN

    Liban : retour d'un millier de jihadistes en Syrie, après un accord avec le Hezbollah

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)