Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Economie

Uber visé par une enquête préliminaire aux États-Unis pour d'éventuels faits de corruption

© Ted Aljibe, AFP | Le département américain de la Justice veut savoir si Uber à tenté de corrompre des officiels étrangers

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 30/08/2017

Uber a déclaré collaborer à une enquête préliminaire aux États-Unis, qui cherche à savoir si le service de VTC a tenté de corrompre des officiels étrangers pour favoriser son expansion à l'international.

Uber vient à peine de tourner une page tourmentée de son histoire avec la nomination de Dara Khosrowshahi au poste de PDG, qu'un nouveau problème survient. Le département américain de la Justice a lancé une enquête préliminaire contre le groupe pour savoir s'il avait violé les lois américaines sur la corruption d'officiels étrangers, a confirmé Uber, mardi 29 août.

Le service de VTC, fondé en 2009, a rapidement étendu son activité dans 70 pays et les autorités américaines cherchent à savoir si cette expansion a pu être facilitée en versant des pots-de-vin à des responsables locaux. Il n'est pas établi que les enquêteurs visent certains pays en particulier, a précisé le Wall Street Journal, qui a révélé l'affaire. Uber a assuré "coopérer" avec les autorités américaines.

Un nouveau PDG qui aura fort à faire

C'est un dossier brûlant en plus pour Dara Khosrowshahi, dont l'arrivée à la tête d'Uber a été confirmée par le conseil d'administration mardi. Il a pourtant déjà fort à faire : l'ex-patron d'Expedia doit ressouder les équipes du groupe, ébranlées et divisées après des mois de polémiques qui ont mené au départ du controversé fondateur d'Uber, Travis Kalanick. Il doit aussi redorer l'image d'une société accusée d'avoir favorisé une culture d'entreprise discriminante et machiste.

Le gouvernement américain a également ouvert une enquête pénale en 2017 contre Uber, soupçonné d'avoir utilisé un logiciel pour permettre à ses chauffeurs d'éviter de se faire repérer par les autorités dans les zones où ils n'ont pas le droit d'opérer. Le service de VTC est encore poursuivi en justice par Waymo, une filiale de Google, qui l'accuse de vol de technologie.

Enfin, les taxis continuent à mener à la vie dure à Uber dans plusieurs pays. Ils l'accusent de concurrence déloyale et certains gouvernements, comme en France et en Allemagne, ont commencé à imposer des règles plus strictes au roi des VTC.

Première publication : 30/08/2017

  • TECHNOLOGIES

    Dara Khosrowshahi, un anti-Trump à la tête d'Uber

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Uber : Travis Kalanick, départ du macho en chef

    En savoir plus

  • TRANSPORT

    Uber France condamné à 800 000 euros d'amende pour son application UberPop

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)