Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Valérie Ekoumé, la nouvelle pop africaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

Moyen-Orient

Bloqué en Syrie, l'encombrant convoi de combattants de l'EI

© Louai Beshara, AFP | Le convoi de bus des jihadistes de l'EI photographié en Syrie, le 28 août.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/09/2017

Les jihadistes de l’EI en cours d'évacuation vers l'est de la Syrie se trouvaient toujours vendredi dans une zone aux mains du régime. Malgré le sauf-conduit accordé par Damas et le Hezbollah, la coalition cherche à bloquer le convoi.

Le convoi n’est pas arrivé à destination. Le groupe de jihadistes de l’organisation État islamique (EI) accompagnés de membres de leurs familles, qui est en cours d'évacuation vers l'est de la Syrie, se trouvait toujours vendredi 1er septembre dans une zone aux mains du régime de Bachar al-Assad, ont déclaré les forces de la coalition internationale anti-EI.

"Il n'est pas parvenu à opérer sa jonction avec d'autres éléments de l'EI dans l'est de la Syrie", a déclaré le colonel Ryan Dillon, porte-parole de la coalition internationale sous conduite américaine.

Trois cents combattants et autant de civils se trouvent à bord de ce convoi d'autocars, auquel l'armée syrienne et le Hezbollah chiite libanais ont accordé un sauf-conduit pour gagner les zones sous le contrôle de l'EI dans l'est syrien.

Cet accord n'est pas du goût de la coalition internationale

Ce transfert découle d'un accord en vertu duquel les jihadistes ont restitué l'enclave qu'ils contrôlaient à la frontière syro-libanaise, en échange de la possibilité de gagner les territoires où ils sont encore fermement implantés. L'armée libanaise, le Hezbollah et l'armée syrienne avaient lancé une offensive contre cette poche frontalière, dans le secteur de Qalamoun-Ouest, et les djihadistes assiégés ont fini par accepter une trêve et un accord d'évacuation.

>> À voir sur France 24 : L’armée libanaise chasse l'EI et s'implante en territoire vierge

Cet accord n'est pas du goût de la coalition internationale, qui ne veut pas voir les djihadistes acheminés par autocar vers un front où l'EI est toujours actif, front de surcroît proche de la frontière irakienne.

Des avions de chasse américains ont empêché le convoi  de reprendre sa route en
direction des territoires contrôlés par les djihadistes dansl'est de la Syrie, a annoncé le Hezbollah libanais dans un communiqué samedi.

La coalition avait déja mené une frappe aérienne mercredi 30 août pour bloquer l'anvancée du convoi.

"Nous continuons de surveiller ce convoi et nous continuerons de perturber son transfert vers l'Est, où il veut rejoindre les autres éléments de l'EI. Nous continuerons à frapper tous les éléments de l'EI qui tenteront de rejoindre (le convoi)", a indiqué le colonel Dillon.

La coalition déclare avoir demandé à Moscou de faire savoir au régime de Damas qu'elle ne permettra pas que le convoi progresse plus à l'Est, vers la frontière irakienne.

Avec Reuters

Première publication : 02/09/2017

  • SYRIE

    Syrie : une frappe aérienne de la coalition bloque un convoi de jihadistes de l'EI évacués du Liban

    En savoir plus

  • IRAK

    L'Irak a repris Tal Afar, l'un des derniers bastions de l'organisation État islamique

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Le chef du groupe État islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, est "probablement" toujours en vie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)