Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Gard: un grand rassemblement protestant pour célébrer "une forme de résistance"

© AFP | Le pasteur protestant Jean-François Breyne officie à Mialet, le 3 septembre 2017

MIALET (FRANCE) (AFP) - 

Dans un sous-bois, des milliers de personnes, venues de France ou de l'étranger, se sont réunies dimanche à Mialet (Gard): chaque année, l'Assemblée du Désert, un rassemblement protestant, est l'occasion pour ses participants - protestants ou pas - de célébrer "une forme de résistance à toute politique jugée injuste".

Sous les chênes du Mas Soubeyran, maison natale du chef camisard Rolland à Mialet (Gard), une foule compacte a convergé dès 09H00 vers ce "temple naturel", a constaté une journaliste de l'AFP.

Transformée en Musée du Désert en 1911, la maison de Pierre Laporte, dit Rolland , l'une des figures marquantes de la guerre des Camisards (1702-1710), accueille depuis plus d'un siècle dans le sous-bois qui l'environne ces "Assemblées du Désert".

Ces rassemblements rappellent les assemblées clandestines tenues dans des endroits reculés et souvent en plein air lors des persécutions des protestants en Cévennes de la révocation de l'Edit de Nantes en 1685 à 1787 (Edit de tolérance). S'ils étaient découverts, les hommes étaient alors condamnés aux galères, les femmes à la prison tandis que les prédicants étaient exécutés.

Venus de toute la France, de Belgique, de Grande-Bretagne, des Pays-Bas, d'Allemagne, de Suisse, d'Italie ou d'Espagne, les participants à l'Assemblée du Désert 2017 ne sont pas tous protestants.

"Je ne crois à aucun dieu, je viens pour la troisième fois pour des raisons historiques, spirituelles, pour ce lieu qui dégage une beauté sereine et pour une ambiance unique de partage", explique Didier Dumonin, enseignant poitevin à la retraite, âgé de 62 ans.

"Ici, on vient célébrer une forme de résistance à toute politique jugée injuste ou totalitaire, un sens de l'accueil et de la protection des persécutés d'hier, les protestants traqués par Louis XIV et de ceux d'aujourd'hui, les Syriens, les Soudanais, les Erythréens...", renchérit Henri Lasalle, un quinquagénaire cévenol.

La journée, intitulée cette année "De Luther au Désert", pour marquer les 500 ans de la Réforme de Luther, lancée en 1517 depuis Wittemberg en Saxe, a débuté dimanche par la célébration d'un culte à partir de 10H30 sous la présidence de Jean-François Breyne, pasteur de l'Eglise protestante unie de France venu de la paroisse luthérienne Saint-Jean à Paris.

"Le piège qui nous guette en ces temps agités, c'est la peur et le repli sur soi", a notamment lancé depuis la chaire en bois le pasteur luthérien à la vaste assemblée, après l'arrivée du cortège d'une quarantaine de pasteurs en robes noires et les baptêmes des enfants et des adultes. "On ne construit pas une société sur la méfiance et la défiance", a-t-il ajouté, appelant à "l'accueil des plus petits et des plus faibles, des exclus, des étrangers et des réfugiés".

© 2017 AFP