Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Touadéra : "Le départ de la force Sangaris de Centrafrique était prématuré"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le retour de "Ça" sur grand écran

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à l'ONU : le président français face au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Produits chimiques : la nouvelle réglementation européenne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

Asie - pacifique

La Chine prise au piège des provocations de son encombrant allié nord-coréen

© Johannes Eisele, AFP | Malgré leur alliance, Chinois et Nord-Coréens entretiennent une relation ambigüe teintée de méfiance.

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 05/09/2017

Entraînée malgré elle dans le tourbillon diplomatique né des provocations nucléaires nord-coréennes, la Chine, principal allié et partenaire économique de Pyongyang, se retrouve dans une position inconfortable dans sa propre zone d’influence.

Troubles du voisinage. La Chine se retrouve dans une position inconfortable : d’un côté Pékin doit faire face aux provocations balistiques et nucléaires à un rythme effréné de son allié nord-coréen, de l’autre aux pressions internationales téléguidées par un président américain de plus en plus menaçant.

Une situation qui permet difficilement de privilégier une solution négociée. Une approche que Pékin a toujours défendue en jouant les médiateurs entre son protégé et la communauté internationale. Mais passablement ulcérés par le régime de Kim Jong-un, contre lequel ils ont déjà voté des sanctions de l’ONU en août, les Chinois ont cette fois fermement réagi en "condamnant vigoureusement" le dernier essai nucléaire de Pyongyang, dont le cas était de nouveau discuté, lundi 4 septembre, au Conseil de sécurité. Cependant la marge de manœuvre de Pékin pour calmer les ardeurs de son voisin nord-coréen reste très étroite.

Le double objectif intenable de la Chine

"Pékin et Washington ont peut-être le même objectif, la dénucléarisation de la Corée du Nord, mais en aucun cas la même feuille de route et les mêmes solutions pour ce problème, décrypte Antoine Bondaz, spécialiste de la Chine et des deux Corées au sein de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), contacté par France 24. Il est très compliqué pour Pékin de retourner sa veste, puisque son objectif est double, c’est-à-dire d’apparaître à la fois comme une puissance responsable en votant les sanctions onusiennes contre Pyongyang, mais également de maintenir la stabilité dans sa périphérie, c’est-à-dire éviter la guerre et empêcher l’effondrement du régime nord-coréen, qui n’est pas dans son intérêt".

C’est pourquoi, soucieuse d’éviter une escalade dans sa zone d’influence, la Chine ne peut qu’exhorter Kim Jong-un "à cesser d’aggraver la situation avec des actions erronées".

C’est la nature ambigüe de sa relation avec Pyongyang, qui empêche Pékin de sévir réellement. Alliés depuis la guerre de Corée (1950-1953), durant laquelle des milliers de volontaires chinois ont perdu la vie, parmi lesquels Mao Anying, le fils aîné de Mao Zedong, les deux "pays frères" partagent bien plus qu’une frontière de près de 1 400 kilomètres.

Selon les chiffres officiels chinois, les deux pays, qui sont liés par un traité de défense mutuelle, entretiennent d’importants liens économiques. Leurs échanges bilatéraux équivalaient à 4,7 milliards d’euros en 2015. Pour Kim Jong-un cette relation est vitale, tant la survie de son régime dépend économiquement et financièrement de la Chine, heureuse destinataire de quelque 90 % des exportations de son voisin. Mais à la suite des sanctions onusiennes du mois d’août, Pékin assure avoir réduit ses échanges et ses achats de minerai de fer, de charbon, de plomb et de fruits de mer.

>> À lire : Pour le gouverneur de Guam, Pyongyang a besoin d'un "coup de poing dans le nez"

Selon les experts, la Chine dispose surtout d’un moyen radical pour asphyxier l’économie nord-coréenne : le pétrole. Elle pourrait paralyser son voisin en le privant de livraisons dont il est très dépendant. "Il est aujourd’hui très difficile pour la Chine d’exercer une influence sur les Nord-Coréens, de nombreux diplomates dans la région disent qu’en réalité les Chinois disposent d’une boîte à outils dans laquelle il n’y a qu’un seul gros marteau [l’arrêt des livraisons de pétrole, NDLR], précise Antoine Bondaz. Ce qui serait à même de provoquer l’effondrement du régime".

"Un État tampon assez pratique"

Sur le plan diplomatique, contrairement aux apparences, la relation entre la Chine et la Corée du Nord est loin d’être si fraternelle. "Malgré leurs liens, les deux pays ne se font pas confiance, note Antoine Bondaz. Et si depuis l’établissement des deux républiques [Nord et Sud], la Chine a soutenu et aidé les Nord-Coréens, leur relation a toujours été compliquée, et cela ne date pas d’hier". Le spécialiste cite l’exemple de purges effectuées en 1956 contre des éléments pro-chinois du régime de Pyongyang.

"Il existe une vraie crainte en Corée du Nord envers le géant chinois qui est un peu trop imposant et dont il faut se méfier, poursuit-il. Leurs relations suivent donc des périodes cycliques. Ainsi, entre 2009 et 2011, Pékin soutenait très fortement les dirigeants nord-coréens, avec un objectif majeur qui était la stabilité du régime au sens politique, car il était en transition entre Kim Jon-un et son père Kim Jong-il".

L’intérêt stratégique de la Chine est en effet d’éviter à tout prix la chute du régime communiste, qui provoquerait un afflux de millions de réfugiés sur son territoire, et à terme une réunification des deux Corées, à l’avantage de Séoul. Ce qui permettrait, selon les experts, le déploiement de soldats américains, déjà présents en Corée du Sud, à la frontière chinoise, voire même de relancer des revendications territoriales sur certaines portions du territoire chinois, notamment en Mandchourie.

>> À voir : Dandong, une fenêtre ouverte sur la Corée du Nord

"Les Chinois ne veulent pas laisser tomber leur allié nord-coréen, car historiquement, Pékin n’a jamais accepté d’avoir des troupes étrangères à ses portes. Or, à leurs yeux, la Corée du Nord est un État tampon assez pratique", explique à France 24 Juliette Morillot, historienne spécialiste de la péninsule coréenne et auteure de "La Corée du Nord en 100 questions", aux Éditions Tallandier.

L’Empire du milieu ne peut donc que prôner le dialogue et mettre en avant sa solution basée sur un gel des essais balistiques nord-coréens en échange de l’arrêt des exercices militaires annuels conjoints entre la Corée du Sud et les États-Unis. Ce qui arrangerait d’ailleurs les Chinois. "Cette solution est inacceptable aux yeux des Américains, car elle les affaiblirait dans la région, et enverrait un message négatif à l’ensemble de leurs alliés. Et pas seulement en Asie", indique Antoine Bondaz.

La Corée du Nord le sait. Pyongyang profite donc de la situation pour avancer ses pions nucléaires, quitte à embarrasser son unique allié.

Première publication : 04/09/2017

  • CORÉE DU SUD

    Avec l'aide des États-Unis, la Corée du Sud va augmenter ses capacités militaires

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Tir de missile nord-coréen : Trump refuse de dialoguer avec Kim Jong-Un

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Le Conseil de sécurité de l'ONU condamne "fermement" le tir de Pyongyang au-dessus du Japon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)