Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Congrès du Parti Communiste Chinois : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Congrès du Parti Communiste Chinois : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

FOCUS

La pollution aux PCB, l'autre scandale qui vise Monsanto

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Square" : Palme d'or cynique sur notre société occidentale

En savoir plus

FACE À FACE

Interview d'Emmanuel Macron : François Hollande "ne passera rien" au président

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le parti communiste chinois, ce n'est pas ce que vous croyez"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : Xi Jinping veut "ouvrir davantage" l'économie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Premiers de corvée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

Les Constructifs veulent oeuvrer à la "réussite du quinquennat"

© AFP/Archives | Franck Riester à l'Assemblée nationale à Paris le 28 juin 2017

TROUVILLE-SUR-MER (FRANCE) (AFP) - 

Les 35 députés "Constructifs", réunis en séminaire mercredi et jeudi à Trouville, veulent "fédérer la droite et le centre" dans une "formation politique", dont la nature reste à déterminer, pour en faire une "force de propositions" oeuvrant à "la réussite du quinquennat".

"Nous sommes convaincus que les Français souhaitent que nous nous mobilisions de façon libre et responsable pour faire en sorte que le quinquennat soit une réussite pour la France que les réformes soient menées jusqu'à leur terme", a affirmé leur co-président Franck Riester, issu de LR, devant la presse.

Parmi les députés "Constructifs", une douzaine viennent de LR (Thierry Solère, Pierre-Yves Bournazel, Laure de la Raudière, Marine Brenier, Jean-Luc Warsmann...), une vingtaine de l'UDI (Jean-Christophe Lagarde, Philippe Vigier, Stéphane Demilly qui co-préside le groupe, Yves Jégo, Sophie Auconie...). Les autres sont des divers droite.

"Nous voulons être une force de propositions, d'innovation qui nous permette d'influencer positivement les propositions du gouvernement. Nous nous opposerons quand c'est nécessaire", a ajouté M. Riester.

Selon ce député de Seine-et-Marne, "la constitution de ce groupe à l'Assemblée nationale a eu un grand écho dans la population, chez les élus, les citoyens, les sympathisants", en suscitant des "initiatives", notamment "sur Facebook".

"Nous souhaitons travailler à fédérer ces différentes initiatives, d'union de la droite et du centre, pour faire en sorte que demain, nous puissions, au-delà même des différents groupes parlementaires, peser dans le débat public, peser dans les différentes élections. Dans quelle structure partisane ou formation politique?", s'est interrogé M. Riester. "Ce qui est certain, c'est que nous voulons fédérer tout ça".

Pour M. Lagarde, président de l'UDI, "il faut travailler à une formation rassemblant la droite et le centre comme notre groupe a su le faire. Ca me paraît la seule façon de répondre aux Français qui, sans se reconnaître chez Emmanuel Macron, ont participé à son élection, souhaitent la réussite du pays, peuvent parfois être satisfaits des réformes (code du travail ou éducation nationale), parfois regretter telle ou telle initiative".

Il faut "une formation qui permettent de rassembler ces Français, parce que si on parle aux Français, c'est pour qu'à un moment donné, ils nous accordent à nouveau leur confiance à travers leurs bulletins de vote", a ajouté ce député de Seine-Saint-Denis.

Pour sa part, M. Solère a jugé que l'UMP rebaptisée Les Républicains, qui avait vocation à rassembler la droite et le centre à sa création (en 2002), s'est "beaucoup dégradée".

"On considère que depuis le lendemain de l'élection au premier tour de la présidentielle, Laurent Wauquiez (ndlr candidat favori à la présidence de LR) et ses amis ont tourné le dos à ce qui faisait l'ADN de l'UMP et des Républicains, c'est-à-dire une digue infranchissable avec le Front national. On ne se reconnaît plus dans cette formation politique", a-t-il insisté.

© 2017 AFP