Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Émoticône hijab : la victoire de Rayouf Alhumedhi, lycéenne saoudienne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

FRANCE

La justice autorise la reprise de GM&S Industry par l'équipementier GMD

© Guillaume Souvant, AFP | Jean-Louis Borie, avocat des salariés des GM&S, avec Vincent Labrousse, délégué CGT, le 4 septembre 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/09/2017

Le tribunal de commerce de Poitiers a autorisé jeudi la reprise de l'équipementier automobile GM&S Industry par l'emboutisseur GMD, a annoncé l'avocat des salariés.

C’est le dernier épisode du feuilleton industriel de l’été. Le tribunal de commerce de Poitiers a entériné, jeudi 7 septembre, l'unique offre de reprise de l'équipementier automobile GM&S Industry.

L’avocat des salariés, Jean-Louis Borie, a indiqué que le jugement autorisait le licenciement de 156 salariés, sur les 277 que compte le site de La Souterraine, dans la Creuse. L’équipementier GMD ne propose que d’en garder 120. L'offre peut toutefois encore être améliorée, a ajouté Jean-Louis Borie.

C'est bien ce qu'espèrent les salariés, qui multiplient les actions depuis le début de la semaine pour se faire entendre. Ils ont manifesté mardi devant le site PSA de Poissy, dans les Yvelines, puis celui de Renault à Flins-sur-Seine, dans le même département, où ils ont passé la nuit de mardi à mercredi. Ils sont ensuite allés devant le site PSA de Sept-Fons (Allier), où ils ont passé la nuit de mercredi à jeudi.

Les deux constructeurs automobiles sont les principaux donneurs d'ordres de l'usine.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a demandé à PSA et Renault de garantir davantage de commandes dans les années à venir. Il a aussi accepté d'investir 5 millions d'euros pour la modernisation du site.

Avec Reuters

Première publication : 07/09/2017

  • FRANCE

    STX : pourquoi Paris insiste pour 50 % des chantiers navals de Saint-Nazaire 

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des salariés de GM&S Industry, menacés de liquidation, affirment avoir piégé leur usine

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Perturbateurs endocriniens : la Commission européenne est influencée par les lobbies allemands

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)