Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le football américain défie Donald Trump genou à terre

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tchadiens bientôt privés de sol américain

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ?

En savoir plus

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

Moyen-Orient

Riyad annonce que le Qatar est prêt au dialogue puis suspend tout contact

© Qatar News Agency/AFP | Le cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani à Doha, le 5 septembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2017

Après une première conversation téléphonique entre l'Arabie saoudite et le Qatar depuis trois mois, Ryad a aussitôt suspendu tout contact avec son rival en exprimant son mécontentement de la façon dont Doha a présenté ce développement.

L'Arabie saoudite a indiqué, samedi 9 septembre, que le Qatar était prêt au dialogue pour mettre fin à la crise qui l'oppose depuis trois mois à quatre pays arabes, avant d'annoncer la suspension de tout contact avec ce pays en attendant une clarification de ses positions.

>> Vidéo : pourquoi le Qatar inquiète-t-il ses voisins ?

L'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a appelé au téléphone le prince héritier saoudien, Mohamed ben Salmane, pour exprimer son "désir de s'asseoir à la table du dialogue" et résoudre la crise, a rapporté samedi l'agence officielle saoudienne SPA. Le prince héritier saoudien a "bien accueilli le désir de l'émir du Qatar", a ajouté l'agence, précisant que "l'annonce des modalités de ce dialogue sera faite après accord" entre l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte, les quatre pays qui ont rompu début juin avec le Qatar.

"Les autorités du Qatar ne sont pas sérieuses"

Mais peu après, un porte-parole officiel saoudien a indiqué que Riyad suspendait "tout dialogue et tout contact avec ce pays" en attendant qu'il clarifie ses positions. Le porte-parole, cité par l'agence SPA, a en fait protesté contre la manière dont Doha a rendu compte de l'appel téléphonique de l'émir du Qatar avec le prince héritier saoudien, en l'accusant d'avoir "distordu le contenu de la conversation".

Dans son compte-rendu, l'agence du Qatar a indiqué que la conversation téléphonique avait été faite à la demande du président américain Donald Trump, qui a proposé vendredi sa médiation, alors que Riyad affirme qu'elle a eu lieu à l'initiative de l'émir du Qatar. L'agence du Qatar ne confirme pas non plus le désir de dialogue de l'émir en écrivant que "les deux parties sont tombées d'accord sur la nécessité de régler la crise, en s'asseyant à la table des négociations, pour préserver l'unité du Conseil de coopération du Golfe (CCG)".

"Ceci prouve que les autorités du Qatar ne sont pas sérieuses dans leur désir de dialogue", a déclaré le porte-parole saoudien. Selon Riyad, "l'inconsistance de la politique du Qatar n'aide pas à renforcer la confiance nécessaire" au règlement de la crise.

Avec AFP

Première publication : 09/09/2017

  • ARABIE SAOUDITE

    Crise du Golfe : le Qatar défie l'Arabie saoudite et renoue avec l’Iran

    En savoir plus

  • QATAR

    Qatar : les citoyens, victimes collatérales de la crise diplomatique

    En savoir plus

  • PAYS DU GOLFE

    Crise du Golfe : l'Arabie saoudite et ses alliés "prêts à un dialogue" sous conditions avec le Qatar

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)