Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation ?

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La finance verte peut-elle (vraiment) aider la planète ?

En savoir plus

FRANCE

Record de candidatures aux sénatoriales françaises

© Stéphane de Sakutin, AFP | Le Palais du Luxembourg, à Paris, où siège le Sénat.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2017

Près de 2 000 candidats souhaitent briguer les 171 sièges de sénateurs français, soit la moitié de l'Hémicycle, lors des élections du 24 septembre. Il s’agit d’un record, selon le Sénat.

C’est du jamais vu pour ce type d’élection en France : 1971 candidats pour 171 sièges. Le Sénat annonce un nombre de candidatures record à ses élections du 24 septembre prochain. Les candidatures ont été transmises aux tribunaux administratifs qui doivent vérifier leur validité. Le ministère de l’Intérieur doit également communiquer ses propres chiffres lundi.

>> À lire : Dernier scrutin de 2017 et test pour Macron

Pour la seule ville de Paris où l’on s’attendait à une dizaine de listes, 13 ont finalement été déposées dont plusieurs à la dernière minute. "Il s'agit là d'un record", a estimé le chef de file de la liste PS Rémi Féraud. En 2011, année du dernier scrutin sénatorial dans la capitale, il n'y en avait eu que 6.

En 2014, lors du précédent renouvellement sénatorial, 1 733 candidats s'étaient disputé les 178 sièges qui étaient alors renouvelés. Il s'agissait déjà d'un record pour ce type d'élections puisqu'il y en avait eu 1 374 en 2011 et 754 en 2008.

Des candidats en Marche dans toute la France

Le parti d'Emmanuel Macron, La République en marche (LREM), présente des candidats dans toute la France métropolitaine. Toutefois, ses dirigeants font preuve de prudence, la composition du collège électoral qui élit les sénateurs, essentiellement des représentants des petites communes, ne lui étant pas favorable.

Le Sénat français est renouvelable par moitié tous les trois ans. Cette année, sur un total de 348 sénateurs, 171 sièges sont concernés dans 38 départements métropolitains (150 sièges) et 6 départements et collectivités d'outremer (14 sièges), auxquels s'ajoutent 6 sièges des Français hors de France et un siège vacant.

Dans les départements élisant deux sénateurs ou moins, l'élection a lieu au scrutin majoritaire à deux tours. Dans ceux élisant plus de deux sénateurs, l'élection a lieu à la proportionnelle à la plus forte moyenne. Deux ministres sont candidats cette année, Jacqueline Gourault (Intérieur) à sa propre succession dans le Loir-et-Cher, et Gérald Darmanin (Comptes publics) en position non éligible dans le Nord.

Marine Le Pen espère signer un retour

Affaiblie par sa contre-performance au second tour de l'élection présidentielle et les divisions du Front national (FN), concurrencée à l'extrême gauche par Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, pour sa part, a tenté samedi de s'imposer en première opposante d'Emmanuel Macron.

La présidente du FN, très discrète depuis le mauvais score du parti d'extrême droite aux législatives de juin, affirme revenir “avec une grande détermination et le sentiment d'une ardente obligation d'agir", a-t-elle lancé au début d'un discours de moins de trois quarts d'heure.

Les huits députés du FN "seront le fer de lance d'une opposition déterminée" avec ses deux sénateurs, dont Marine Le Pen a émis l'espoir qu'ils seraient plus nombreux après le scrutin du 24 septembre. Elle a également invité les militants, sympathisants et soutiens du FN à une "grande refondation du mouvement national", qui passera par une vaste consultation des cadres locaux, élus et adhérents du FN, un congrès, un nouveau nom et de "nouveaux talents".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 10/09/2017

  • SÉNATORIALES

    Anina Ciuciu, 27 ans, première candidate rom aux sénatoriales

    En savoir plus

  • FRANCE

    Décès accidentel de Nicole Bricq, sénatrice LREM et ancienne ministre

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)