Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Valérie Ekoumé, la nouvelle pop africaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

Amériques

Irma, rétrogradé au rang de tempête tropicale, a fait au moins dix morts à Cuba

© Spencer Platt, AFP | Les rues inondées de Fort Myers, en Floride, le 11 septembre 2017, après le passage de l'ouragan Irma.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/09/2017

L'ouragan Irma, rétrogradé tempête tropicale, progresse vers le nord de la Floride après avoir durement touché l'archipel des Keys, dimanche. Au moins dix personnes sont mortes à Cuba. Donald Trump a déclaré l'état de catastrophe naturelle.

L'ouragan Irma, qui remonte ce lundi 11 septembre le long de la côte ouest de la Floride, a été rétrogradé en tempête tropicale, même si la force de ses rafales de vent reste proche de celle d'un ouragan, a annoncé le Centre des ouragans américain (NHC). L'œil d'Irma se trouvait à 8 h locales (12 h GMT) à 170 km au nord de Tampa, avec des vents soufflant jusqu'à 110 km/h.

Une alerte aux inondations a également été émise lundi dans le centre de la ville de Jacksonville, ville du nord-est de la Floride, située à quelques kilomètres de la frontière avec la Géorgie.

Les mises en garde sur les risques de marées de tempête (une montée soudaine du niveau de la mer) sont aussi maintenues pour de vastes étendues de la péninsule de Floride, où 6,3 millions de personnes ont reçu l'ordre d'évacuer, l'une des plus grandes évacuations dans l'histoire du pays.

Quatre millions de personnes privées d'électricité

Renversant les palmiers et même des grues, arrachant des poteaux électriques et déversant des pluies diluviennes, Irma était arrivé dimanche aux États-Unis en catégorie 4, avec des rafales à 215 km/h sur l'archipel des Keys, dans le sud de la Floride. Il a ensuite frappé la côte ouest avec des vents de 185 km/h (catégorie 3), puis a été rétrogradé en catégorie 2.

Mélanie de Groot, envoyée spéciale de France 24 à Tampa

Plus de 4 millions de personnes étaient privés d'électricité, selon les services d'urgence. La compagnie Florida Power and Light a annoncé avoir "arrêté en toute sécurité" l'un des deux réacteurs nucléaires de sa centrale de Turkey Point, à la pointe sud-est de la péninsule.

Le bilan d'Irma s'est encore alourdi en Floride avec trois victimes, tuées dans des accidents de la route samedi et dimanche matin. Dix personnes au moins ont aussi péri dans le passage de l'ouragan sur Cuba durant le week-end, ce qui porte à 38 le nombre total de personnes tuées par le cyclone dans l'ensemble des Caraïbes.

Afin de débloquer d'urgence des moyens supplémentaires d'aide, le président américain Donald Trump a déclaré dimanche l'état de catastrophe naturelle en Floride, où il a annoncé qu'il se rendrait "très vite".

L'ouragan Irma et celui qui l'a précédé au Texas en Louisiane fin août, Harvey, vont coûter 290 milliards de dollars ou 1,5 point de pourcentage du PIB des États-Unis, selon le service de météorologie privé Accuweather.

Avec AFP

Première publication : 11/09/2017

  • FRANCE

    Après les pillages et les pénuries, l'aide s'organise à Saint-Martin

    En savoir plus

  • FRANCE

    Saint-Martin et Saint-Barthélemy soufflent mais font face aux pénuries et pillages

    En savoir plus

  • CARAÏBES

    À Saint-Martin, la dévastation est propice aux pillages et aux rumeurs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)