Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Refondation de l'Europe : les projets d'Emmanuel Macron sont-ils réalisables ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Patriat : "Ce couple franco-allemand est l'un des meilleurs que l'on puisse avoir"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Coquerel : "Nous réclamons une commission parlementaire sur Alstom"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le président colombien Santos ne "regrette pas" l'accord avec les FARC

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

A Chaillot, une nouvelle salle trop belle pour aller danser

© AFP/Archives | La chorégraphe espagnole Blanca Li, le 17 mai 2017 à Cannes

PARIS (AFP) - 

Le Théâtre national de la Danse de Chaillot rouvre jeudi au public après quatre ans de travaux pour un week-end de fête, avec trois bals animés par la chorégraphe Blanca Li et des visites "décalées" des nouveaux espaces rénovés.

Une campagne de travaux colossale de 21,5 millions d'euros a permis de reconstruire dans ce lieu entièrement classé la salle Firmin Gémier (390 places) désormais dotée d'un plancher neuf - un point crucial pour les danseurs - et d'un grill moderne pour les éclairages et équipements techniques. "C'est plus qu'une rénovation, c'est la construction d'un nouveau théâtre", a souligné mardi lors de la présentation à la presse le directeur Didier Deschamps.

Il a fallu creuser dans les anciennes carrières de calcaire situées sous la colline de Chaillot pour aménager un accès moderne aux décors, grâce à un puits de 28 mètres de profondeur qui héberge un monte-charge, un ascenseur et un escalier de secours. "Un vrai travail de mineur", a plaisanté l'architecte Vincent Brossy.

Le Théâtre national de Chaillot est un lieu "troglodyte" puisqu'il est enfoui sous l'esplanade des Droits de l'homme, entre les deux gros palais abritant la Cité de l'architecture, le Musée de l'Homme et le Musée de la Marine.

Ce fleuron Art Déco, où fut signée la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme en 1948, n'est que peu adapté au spectacle, avec ses escaliers interminables et ses dédales de couloirs.

Toute l'aile située sous la Cité de l'architecture, qui abrite la nouvelle salle Firmin Gémier, a été rénovée. Le public pourra admirer à partir de jeudi l'abside au plafond recouvert de feuilles d'or qui abrite la statue La Musique, et le nouveau hall lumineux ouvert sur la Tour Eiffel et les jardins et fontaines.

Un accès handicapé est aménagé côté Seine, où neuf portes majestueuses donnant sur la Tour Eiffel constituaient l'entrée historique du théâtre. Mais elles n'ont jamais été utilisées, car le métro construit place du Trocadéro facilitait l'accès depuis la place.

Une deuxième phase de travaux doit permettre de rénover la grande salle Jean Vilar (1.200 places) à partir de 2021, en créant en dessous une grande salle de répétition.

A partir de jeudi, et pendant tout le week-end des Journées du patrimoine, des visites "décalées" jouées et dansées sont proposées par les danseuses et metteures en scène Brigitte Seth et Roser Montllò Guberna.

© 2017 AFP