Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Refondation de l'Europe : les projets d'Emmanuel Macron sont-ils réalisables ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Patriat : "Ce couple franco-allemand est l'un des meilleurs que l'on puisse avoir"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Coquerel : "Nous réclamons une commission parlementaire sur Alstom"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le président colombien Santos ne "regrette pas" l'accord avec les FARC

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

Affaire Business France: Pénicaud n'a été "ni entendue ni convoquée"

© AFP | La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le 31 août 2017 à l'hôtel Matignon à Paris

PARIS (AFP) - 

La ministre du Travail Muriel Pénicaud, ancienne directrice de Business France mis en cause pour une soirée organisée en 2016 à Las Vegas, a affirmé mercredi n'avoir été "ni entendue ni convoquée" par les juges.

"Je n'ai été ni entendue ni convoquée", a-t-elle assuré sur LCI.

Une enquête pour "favoritisme et recel de favoritisme" a été ouverte afin de vérifier les conditions d'attribution d'un contrat établi pour l'organisation d'un déplacement d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, à Las Vegas en 2016. Business France, que Muriel Pénicaud dirigeait alors, avait confié à Havas, sans appel d'offres, la quasi-totalité des prestations pour lesquelles l'agence a perçu 289.000 euros, après renégociation.

"Mes services m'ont signalé une erreur, j'ai donc fait faire un audit externe indépendant qui a été suivi par une inspection des finances", a indiqué Mme Pénicaud.

La ministre du Travail s'est dite "très sereine" quant à l'enquête en cours, tout en rappelant qu'elle démissionnerait du gouvernement en cas de mise en examen.

© 2017 AFP