Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Valérie Ekoumé, la nouvelle pop africaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

Affaire Business France: Pénicaud n'a été "ni entendue ni convoquée"

© AFP | La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le 31 août 2017 à l'hôtel Matignon à Paris

PARIS (AFP) - 

La ministre du Travail Muriel Pénicaud, ancienne directrice de Business France mis en cause pour une soirée organisée en 2016 à Las Vegas, a affirmé mercredi n'avoir été "ni entendue ni convoquée" par les juges.

"Je n'ai été ni entendue ni convoquée", a-t-elle assuré sur LCI.

Une enquête pour "favoritisme et recel de favoritisme" a été ouverte afin de vérifier les conditions d'attribution d'un contrat établi pour l'organisation d'un déplacement d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, à Las Vegas en 2016. Business France, que Muriel Pénicaud dirigeait alors, avait confié à Havas, sans appel d'offres, la quasi-totalité des prestations pour lesquelles l'agence a perçu 289.000 euros, après renégociation.

"Mes services m'ont signalé une erreur, j'ai donc fait faire un audit externe indépendant qui a été suivi par une inspection des finances", a indiqué Mme Pénicaud.

La ministre du Travail s'est dite "très sereine" quant à l'enquête en cours, tout en rappelant qu'elle démissionnerait du gouvernement en cas de mise en examen.

© 2017 AFP