Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée, Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ? (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : la France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

Code du travail: Mélenchon juge "très positive" la "première étape" de mardi

© AFP | Jean-Luc Mélenchon parle avec un manifestant de la CGT à Marseille, le 12 septembre 2017

PARIS (AFP) - 

Jean-Luc Mélenchon a jugé mercredi "très positive" la mobilisation mardi contre la réforme du Code du travail, voyant "un signal" dans cette "première étape" avant une nouvelle journée d'action fruit d'un "appel commun" avec les syndicats le 21 septembre et des Insoumis le 23.

"Nous avons une analyse de la manifestation et des mobilisations d'hier qui est très positive", a déclaré le leader de La France insoumise lors d'un point de presse à l'Assemblée nationale, disant avoir découvert "avec surprise" dans les journaux que "les appréciations officielles étaient plus nuancées".

"Nous avons une expérience de longue durée et nous savons qu'hier nous avons assisté à une mobilisation qui était du niveau des points hauts de mobilisation contre la loi El Khomri" en 2016, a ajouté le député des Bouches-du-Rhône, entouré d'autres élus LFI.

"C'est un signal que nous recevons. Evidemment, c'est une première étape, il y en aura d'autres et tous ceux que nous avons croisés vivaient cette journée comme une étape", ce qui est "un très bon signe", a poursuivi M. Mélenchon.

"Dans ces conditions, la date du 21 qui est un nouvel appel à la mobilisation dans tout le pays sera sans doute bien entendue, et la France insoumise va de nouveau mobiliser pour venir en appui et en soutien", a ajouté M. Mélenchon, affirmant que cette date, à l'appel de la CGT, était, comme mardi, le fruit d'"un appel commun" avec les syndicats.

"La date du 21 va bien tomber parce qu'elle va créer avec celle du 23 un effet de vagues successives et de déferlement qui est utile pour la construction d'un rapport de force", a-t-il insisté, soulignant qu'il s'agissait de "faire reculer le gouvernement" et pas d'une "logique de baroud d'honneur".

Interrogé sur la proposition mardi du porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) Olivier Besancenot d'une rencontre "large et unitaire" de "toutes les organisations politiques et syndicales opposées à la loi travail", Eric Coquerel a ensuite soutenu que le cadre de la mobilisation était "de facto unitaire". Il a néanmoins répondu "positivement à une réunion qui permette la participation de tout le monde".

© 2017 AFP