Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie, Merera Goudina libéré de prison

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (1ere partie)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Obiang : "La tentative de coup d'État en Guinée équatoriale a commencé en France"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : les mères courage inspirent les réalisateurs

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à Calais : humanité et fermeté ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Faillite du groupe britannique de BTP Carillion : mais que s'est-il donc passé ?

En savoir plus

EUROPE

Le parquet espagnol menace d'arrêter les maires catalans pro-référendum

© Lluis Gene, AFP | Dans un couloir du métro de Barcelone, mercredi 13 septembre 2017, des personnes passent devant une affiche incitant les Catalans à aller voter le 1er octobre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/09/2017

Les maires catalans désireux d'organiser le référendum d'autodétermination de la Catalogne sont dans le collimateur du parquet général espagnol. Celui-ci a ordonné mercredi aux procureurs de la région qu'ils citent ces édiles à comparaître .

Le bras de fer se poursuit en Espagne. Le parquet général a ordonné, mercredi 13 septembre, aux procureurs de Catalogne qu'ils citent à comparaître les maires de la région prêts à organiser le référendum d'autodétermination illégal du 1er octobre, quitte à les faire arrêter s'ils ne se présentent pas.

>> À lire : À Barcelone, tous ne rêvent pas d'indépendance

Le parquet ordonne aux procureurs de "citer à comparaître en tant que mis en examen" les centaines de maires qui se sont déclarés prêts à organiser la consultation, dans un texte transmis à l'AFP. Au cas où un maire ne répondrait pas, le parquet demande "d'ordonner son arrestation" pour qu'il comparaisse.

Contactée par l'AFP, l'Association des maires indépendantistes (AMI), qui rassemble environ 750 des 948 mairies catalanes, n'a pas souhaité faire de commentaire dans l'immédiat.

712 maires disposés à mettre des locaux à disposition

Selon une liste diffusée par cette association sur son site Internet, 712 maires sont disposés à mettre des locaux à disposition de l'exécutif catalan pour organiser le 1er octobre un référendum d'autodétermination interdit par la Cour constitutionnelle.

>> À lire : Démonstration de force des indépendantistes catalans avant leur référendum

Vendredi, la cour avait d'ailleurs ordonné qu'ils soient prévenus par écrit des risques encourus s'ils participaient à l'organisation de la consultation, en ignorant ses décisions.

Le parquet passe donc à la vitesse supérieure en ordonnant une enquête sur chaque édile afin de déterminer s'ils ont bien confirmé leur participation, et le cas échéant qu'ils "comparaissent en qualité de mis en examen, assistés d'un avocat". S'ils ne le font pas volontairement, ils devront être arrêtés et amenés par la police catalane au parquet "dans le délai le plus bref possible".

Avec AFP

Première publication : 13/09/2017

  • ESPAGNE

    Catalogne : à Barcelone, les anti-indépendantistes peinent à faire entendre leur voix

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : démonstration de force des indépendantistes avant leur référendum

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Référendum en Catalogne : Madrid lance la riposte au défi séparatiste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)