Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Moyen-Orient

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou soutient la création d’un État kurde

© Stéphane Mahe, AFP | Le Premier ministre israélien s'était déjà prononcé, en 2014, en faveur des aspirations kurdes.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/09/2017

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou s’est prononcé pour la première fois, ce mercredi, dans un communiqué publié par ses services, en faveur de la création d'un État pour les Kurdes.

"Bien qu'Israël rejette le terrorisme sous quelque forme que ce soit, il soutient les efforts légitimes du peuple kurde à la création d’un État". C’est en ces termes explicites que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s’est prononcé pour la première fois, ce mercredi, dans un communiqué publié par ses services, en faveur de la création d'un État pour les Kurdes.

En 2014, le Premier ministre avait exprimé son soutien aux aspirations séparatistes kurdes. "Nous devons soutenir l’aspiration des Kurdes à l’indépendance. Ils y ont droit : c’est un peuple combattant et modéré sur le plan politique", avait-il affirmé. Même s'il a qualifié  de "terroriste" le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) – une organisation en guerre avec Ankara, Benjamin Netanyahou a donc franchi un nouveau cap en évoquant la création d’un État.

Cette prise de position israélienne intervient alors qu’un référendum est prévu le 25 septembre sur l'indépendance du Kurdistan autonome en Irak.

>> À lire sur France 24 : Le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, un scrutin qui inquiète

Une consultation dénoncée par l’ensemble des puissances de la région, comme la Turquie, la Syrie et l'Iran, qui craignent qu'un tel processus n’excite les velléités séparatistes de leur propre minorité kurde. Même le gouvernement de Bagdad s’oppose à l’organisation de ce referendum, perçu comme une atteinte à l’unité du pays, tandis que Washington a appelé à le reporter, estimant que sa tenue pouvait porter préjudice à la lutte contre l'organisation État islamique (EI).

Le soutien exprimé par Benjamin Netanyahou, risque fort d’irriter Ankara et Téhéran. Les Iraniens accusent fréquemment Israël, qui entretient discrètement des relations militaires et économiques avec les Kurdes depuis les années 1960, de chercher à déstabiliser leur pays en soutenant les séparatistes kurdes.

Dispersés sur plus de 500 000 kilomètres carrés et principalement éclatés entre quatre pays, les Kurdes constituent aujourd’hui la plus grande nation sans État. Ils sont répartis entre l'est de la Turquie, le nord-ouest de l'Iran, le nord de l'Irak et l'est de la Syrie. Bien que souvent évoqué, le Kurdistan – littéralement "pays des Kurdes" – désignant un État unifié aux frontières internationalement reconnues n'existe pas.

Avec Reuters

Première publication : 13/09/2017

  • KURDISTAN IRAKIEN

    À Erbil, le petit salon de thé kurde qui résiste encore et toujours

    En savoir plus

  • IRAK

    L'hommage du président du Kurdistan irakien aux deux journalistes tués à Mossoul

    En savoir plus

  • IRAK

    Le Kurdistan irakien tiendra un référendum sur son indépendance le 25 septembre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)