Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Touadéra : "Le départ de la force Sangaris de Centrafrique était prématuré"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le retour de "Ça" sur grand écran

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à l'ONU : le président français face au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Produits chimiques : la nouvelle réglementation européenne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

Marathon de Berlin: Kipchoge, l'homme à battre

© AFP/Archives | Le Kényan Eliud Kipchoge savoure son titre olympique à l'issue du marathon des JO de Rio, le 21 août 2016

NAIROBI (AFP) - 

Le champion olympique kényan, Eliud Kipchoge, l'homme à battre lors du marathon de Berlin, s'attend à une "compétition rude" le 24 septembre en Allemagne avec en ligne de mire le record du monde.

"Je m'attends à une compétition rude avec les deux gars. Nous sommes tous les trois au top de notre forme actuellement, mais à la fin il n'y aura qu'un seul vainqueur", a déclaré à l'AFP Kipchoge, en référence à la présence de l'Ethiopien Kenenisa Bekele et de l'ancien recordman du monde du marathon, le Kényan Wilson Kipsang.

Ce record du monde sera un des objectifs de Kipchoge (32 ans) dans les rues de Berlin réputées propice aux exploits, puisque six records mondiaux ont été battus dans la capitale allemande lors des dix dernières années.

Pour cela, le Kényan devra courir en moins de 2 h 02 min 57 sec, temps établi par son compatriote Dennis Kimetto. Kipchoge avait échoué, il y a quatre mois, à 25 secondes de passer sous la barre symbolique des deux heures sur le marathon lors d'une course sponsorisée par Nike, mais non homologuée par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).

© 2017 AFP