Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Enfermer la femme, c'est s'emprisonner soi-même"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Tajani : "Le référendum catalan est illégal"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Macron signant les ordonnances : une mise en scène "à l'américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'île Maurice dépassée par le trafic de drogue

En savoir plus

FRANCE

Paris sur le point d'être officiellement désignée ville hôte des JO-2024

© Ludovic Marin, AFP | Préparation des festivités en vue de l'officialisation de la victoire de Paris pour accueillir les JO en 2024.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/09/2017

Après un siècle d'attente, la capitale française s'apprête à être officiellement désignée ville hôte des Jeux olympiques en 2024. Le CIO devrait également annoncer la victoire de Los Angeles pour les jeux d'été de 2028.

"Historique". Après un siècle d'attente et de cuisants échecs, Paris va être officiellement désignée ville hôte des jeux Olympiques 2024, mercredi 13 septembre lors de la 131e session du CIO à Lima, où Los Angeles se verra confier les JO d'été 2028. Qualifiée "d'historique" par le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, cette session l'est à plus d'un titre.

Pour Paris d'abord qui, après trois défaites douloureuses - dont la dernière en 2005 face à Londres-2012-, va enfin décrocher les JO, grâce à un dossier calibré pour combler les attentes du CIO, mais aussi grâce à un timing et un enchaînement de circonstances hyper favorables.

La ville, où le baron Pierre de Coubertin avait créé le CIO et fait renaître les Jeux olympiques en 1894, accueillera donc la grand messe olympique pour la troisième fois après les éditions de 1900 et 1924.

La France "le mérite"

"La France mérite ce moment", a estimé dans un entretien à l'AFP Tony Estanguet, le co-président de la candidature parisienne qui dit avoir "hâte d'être au 2 août 2024 pour la cérémonie d'ouverture".

La décision prendra une dimension tout aussi historique pour Los Angeles, déjà hôte à deux reprises des Jeux en 1932 et 1984, et surtout pour le CIO qui rompt avec la tradition en attribuant deux éditions des JO lors d'une même session.

Présenté comme un geste chevaleresque, le renoncement de Los Angeles à briguer 2024 pour accepter 2028 n'est en réalité, selon les observateurs, qu'un acte de résignation. "Il n'y avait aucun élément objectif, aucun argument rationnel pour donner les Jeux 2024 à LA. Paris était favori", avance Étienne Thobois, directeur général de la candidature. Un avis majoritairement répandu au sein du CIO.

Mercredi à 11h00 locales (16H00 GMT), les deux villes auront droit à 25 minutes chacune pour une ultime présentation. Côté français huit intervenants prendront la parole, dont Tony Estanguet, co-président du comité de candidature et Anne Hidalgo, maire de Paris. Emmanuel Macron, qui n'a pas fait le déplacement à Lima, prendra la parole dans un message vidéo pré-enregistré.

Absence de suspense

Les quelque 90 membres du CIO présents éliront ensuite par un vote à main levée les deux villes hôtes. La question qui leur sera posée sera en substance la suivante : "Approuvez-vous l'accord tripartite conclu entre le CIO, Paris et Los Angeles ?" Il n'y aura donc pas de vote électronique secret comme c'est traditionnellement le cas lors des élections des villes hôtes, et pas non plus de cérémonie d'ouverture de l'enveloppe avec le nom de la ville lauréate.

Après toute la pression d'une campagne incertaine de quatre ans, l'absence de suspense imprime donc une atmosphère particulière à cette session.  "C'est une session que j'attends depuis tellement longtemps qu'il y a énormément de tension et d'enjeu, car on parle de ramener les Jeux en France et à Paris", souligne encore Tony Estanguet. "Il y a moins de suspense, mais ça ne diminue en rien l'émotion et l'importance de ce moment", ajoute le futur président du Comité d'organisation.

 

Avec AFP

 

Première publication : 13/09/2017

  • JEUX OLYMPIQUES

    Sans réforme de fond, le modèle des Jeux olympiques est voué à l’échec

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    JO-2024 : Los Angeles laisse le champ libre à Paris

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    JO-2024 : Paris a passé son grand oral devant le CIO

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)