Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Refondation de l'Europe : les projets d'Emmanuel Macron sont-ils réalisables ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Patriat : "Ce couple franco-allemand est l'un des meilleurs que l'on puisse avoir"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Coquerel : "Nous réclamons une commission parlementaire sur Alstom"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le président colombien Santos ne "regrette pas" l'accord avec les FARC

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

Singapour: une musulmane première femme présidente

© AFP | La nouvelle présidente de Singapour, Halimah Yacob (au centre), s'adresse à ses partisans le 13 septembre 2017

SINGAPOUR (AFP) - 

Une musulmane issue de la minorité malaise est devenue mercredi la première femme présidente de Singapour, un événement assombri par des critiques dénonçant son accession sans élection à ce poste largement honorifique dans l'archipel d'Asie du Sud-Est.

Halimah Yacob, ancienne présidente du Parlement où elle était déjà la première femme à occuper ce poste, a accédé automatiquement à la fonction suprême après que deux rivaux potentiels eurent été éliminés car ils ne remplissaient pas tous les critères requis, selon les autorités.

L'un des critères prévoit que les candidats venant du secteur privé doivent justifier de trois ans de travail à la tête d?une entreprise dotée d?un capital d?au moins 500 millions de dollars singapouriens (310 millions d?euros), ce qui n'était pas le cas des deux rivaux potentiels.

Automatiquement qualifiée avec son mandat de député, Mme Yacob, âgée de 63 ans et portant le voile, avait été élue à la tête du Parlement en 2013. Elle a démissionné en août pour se lancer dans la course à la présidentielle.

Le chef de l'exécutif est le Premier ministre Lee Hsien Loong, membre du Parti d'action populaire (PAP) au pouvoir depuis 1959.

C'est la première fois aussi que la présidence a été réservée à la communauté malaise, à la suite d'une réforme de la Constitution en 2016 visant à garantir que des représentants de différentes communautés ethniques puissent accéder à la tête de l'Etat. La communauté chinoise est l'ethnie majoritaire.

En revanche, ce n'est pas la première fois à Singapour, pays riche où la liberté d'expression est étroitement contrôlée, que des candidats à la présidentielle sont disqualifiés, rendant un scrutin inutile.

"Bien qu'il n'y ait pas eu d'élection, mon engagement de vous servir reste le même", a déclaré Halimah Yacob.

L'annonce de sa nomination a provoqué des critiques et railleries sur les réseaux sociaux.

"Elue sans élection. Quelle plaisanterie", a ainsi écrit l'internaute Pat Eng sur son compte Facebook.

"A partir de maintenant, je vais l'appeler Présidente Privilégiée", a renchéri un autre utilisateur du site, Joel Kong.

Le dernier président malais de Singapour était Yusof Ishak, au pouvoir de 1965 à 1970, pendant les premières années de l'indépendance de l'archipel.

Halimah Yacob, mère de cinq ans enfants, sera investie jeudi pour un mandat de six ans.

© 2017 AFP