Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Valérie Ekoumé, la nouvelle pop africaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Moscovici : "Je veux que le 5 décembre, nous ayons une "liste noire" de paradis fiscaux"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Liberté de la presse : les crimes contres les journalistes européens impunis?

En savoir plus

Equipe de France dames: Diacre, objectif Mondial-2019

© AFP/Archives / Par Yassine KHIRI | L'entraîneure Corinne Diacre, alors en charge de Clermont au stade Michel d'Ornano, le 28 octobre 2014

PARIS (AFP) - 

Rajeunissement de l'effectif et "intransigeance" sur l'état d'esprit: Corinne Diacre débute son mandat à la tête l'équipe de France féminine avec deux amicaux, vendredi contre le Chili puis lundi contre l'Espagne, pour insuffler une nouvelle dynamique en vue du Mondial-2019, organisé en France.

Après l'énième échec dans une compétition internationale lors de l'Euro-2017 cet été aux Pays-Bas, les adieux de son emblématique N.10 Camille Abily, et le limogeage d'Olivier Echouafni de son poste de sélectionneur, place à un nouveau chapitre dans l'histoire des Bleues.

Pour enfin écrire une ligne dans le palmarès des Bleues, et alors que le prochain mondial sera organisé à la maison dans moins de deux ans, le président de la Fédération (FFF) Noël Le Graët a confié cette lourde mission à Corinne Diacre, première sélectionneuse de l'histoire à diriger une équipe professionnelle masculine et ancienne défenseure centrale aux 121 sélections.

Pour son retour en Bleue dans la position du chef, l'ex-adjointe de Bruno Bini (2007 à 2013) a tranché dans le vif: la mise en place en d'un nouveau staff et un vaste rajeunissement de son effectif pour débuter une campagne de 20 mois de matches amicaux jusqu'à la Coupe du monde.

Si la capitaine Wendie Renard, et les cadres Laura Georges, Amandine Henry, Elise Bussaglia, ou Eugénie Le Sommer, sont restées, les expérimentées Marie-Laure Delie (29 ans, 121 sélections) ou Gaëtane Thiney (31 ans, 141 sélections) ont été mises de côté. Même si Diacre souligne que la porte est "ouverte à tout le monde".

- 'Miser sur la jeunesse' -

"On avait une belle génération mais elle n'a pas réussi à gagner quelque chose. Donc il faut qu'on aille voir un peu chez les jeunes qui ont un palmarès, les U19 de Gilles Eyquem, les U20 qui vont préparer le Mondial en 2018".

"On a quelques filles qui ont déjà vécu quelques grandes compétitions, même dans les catégories de jeunes, qui ont un certain vécu, une certaine expérience, et qui elles ont gagné. J'espère pouvoir m'appuyer sur ces jeunes-là. Qu'elles insufflent peut-être quelque chose auprès des anciennes à qui il manque justement ces titres"

Ainsi Hawa Cissoko (20 ans, Marseille), Théa Greboval (20 ans, Paris FC), ou Ouleymata Sarr (21 ans, Lille), ont été appelées pour la première fois en A.

Grace Geyoro, qui vient de fêter ses 20 ans et sa première expérience dans une compétition internationale cet été, passerait presque pour une "ancienne" dans ce groupe rajeuni.

"Cela me faisait bizarre d'être celle qui montrait par exemple le lieu où l'on mange, ou le lieu du point-presse. D'habitude, c'est moi qui demande tout ça. On en a rigolé entre nous. Plus les années vont passer, plus cela va être à notre tour de jouer", a-t-elle confié à l'AFP.

- 'Elle nous faisait bien peur' -

"Deux ans, ce sera long. Il faut miser sur la jeunesse de toute façon. Il faut les former avant parce que les mettre dans le bain comme ça ce n'est pas facile", souligne de son côté Amandine Henry (27 ans).

Au-delà de ce choix fort, Corinne Diacre a voulu mettre d'emblée les choses au clair concernant ses attentes au niveau de l'état d'esprit.

"Comme elle nous l'a dit, elle sera intransigeante sur le comportement en club et en sélection", confie Wendie Renard, qui ne sait pas si elle sera toujours capitaine.

Grace Geyoro, qui l'a eu comme coach seulement pendant un mois avec l'équipe de France U17 en 2013, révèle même qu'elle lui "faisait bien peur" à l'époque.

"On était un peu plus jeunes aussi mais elle paraissait sévère. En fait, elle a un charisme naturel qui ne fait pas forcément méchant mais qui montre qu'elle est imposante. C'est la coach quoi!", confie la vice-championne du monde U20

"Ce n'est pas n'importe quelle entraîneure, elle a +coaché+ une équipe de garçon, ajoute-t-elle. Ce n'est jamais facile je pense, surtout dans le monde d'aujourd'hui, de s'imposer avec des hommes. Donc si elle a su le faire, elle va réussir aussi à nous apporter beaucoup de choses aussi à son tour. Avec un parcours comme ça, on va faire peur à beaucoup d'adversaires c'est ce qui est bien aussi (rires)".

Par Yassine KHIRI

© 2017 AFP