Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du Code du travail : les ordonnances présentées en Conseil des ministres

En savoir plus

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 1)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le bras de fer entre Madrid et la Catalogne fait réagir la toile

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le risque de la radicalisation

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Crise des Rohingya : "Qu'ils nous laissent entrer", plaide le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme

En savoir plus

POLITIQUE

Florian Philippot quitte le FN : Marine Le pen fragilisée ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

L'outre-mer face aux cyclones : "Vous avez beau avoir des normes, pour construire, il faut de l'argent !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Malala : "J’ai demandé à Macron d’investir plus pour l’éducation des filles"

En savoir plus

ExxonMobil et la Russie règlent à l'amiable un différend fiscal

© AFP/Archives | En 2015, le groupe américain avait saisi la Cour d'arbitrage de Stockholm

MOSCOU (AFP) - 

Le géant américain des hydrocarbures ExxonMobil et le gouvernement russe ont signé un accord à l'amiable soldant un différend fiscal de plus de 600 millions de dollars, a annoncé jeudi le ministère russe des Finances.

En 2015, le groupe américain, implanté de longue date en Russie et dirigé alors par l'actuel secrétaire d'Etat Rex Tillerson, avait saisi la Cour d'arbitrage de Stockholm pour obtenir le remboursement de présumés trop-payés fiscaux liés au projet pétrolier Sakhaline-1, dans l'Extrême Orient, dont il détient 30%.

"Un accord à l'amiable a été signé le 12 septembre entre la Russie et la société ExxonMobil", a annoncé le ministère des Finances dans un communiqué transmis à l'AFP.

"Les parties ont atteint un compromis mutuellement avantageux", a-t-il ajouté, sans en dévoiler les termes.

La major pétrolière américaine contestait le régime fiscal en vigueur sur le projet Sakhaline-1. Elle y paye un impôt sur les bénéfices de 35%, celui fixé au lancement du projet dans les années 1990, alors que ce dernier a été ramené en 2009 à 20%.

Selon le quotidien Kommersant, citant des sources proches du dossier, ExxonMobil aurait renoncé à ses demandes financières en échange de l'attribution d'une part dans un important projet d'exploitation d'hydrocarbures bénéficiant d'exemptions fiscales.

Implanté de longue date en Russie, ExxonMobil a notamment lié des liens étroits avec le groupe semi-public Rosneft mais leur coopération a été affectée par les sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne.

En juillet, le Trésor américain a infligé une amende de deux millions de dollars à ExxonMobil pour n'avoir pas respecté en 2014 des sanctions contre la Russie, lorsque le chef actuel de la diplomatie américaine Rex Tillerson dirigeait le géant pétrolier.

© 2017 AFP