Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Refondation de l'Europe : les projets d'Emmanuel Macron sont-ils réalisables ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Patriat : "Ce couple franco-allemand est l'un des meilleurs que l'on puisse avoir"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Coquerel : "Nous réclamons une commission parlementaire sur Alstom"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le président colombien Santos ne "regrette pas" l'accord avec les FARC

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

Au Galapagos, un programme de reproduction pour des tortues éteintes

© Parc national des Galapagos/AFP | Photo fournie par le Parc national des Galapagos d'une tortue géante, le 12 septembre 2017 à Santa Cruz

QUITO (AFP) - 

Une espèce de tortue géante de l'archipel équatorien des Galapagos, que l'on croyait éteinte depuis 150 ans, sera reproduite en captivité, après la découverte de specimens proches de cette variété.

Le programme de reproduction, qui concerne 32 tortues parmi lesquelles 19 descendent de l'espèce Chelonoidis Nigra, "permettra, à moyen terme, de repeupler l'île de Floreana", a indiqué mercredi le Parc national des Galapagos. L'espèce au centre de ce programme est endémique de cette île.

Ces tortues ont été décimées par les baleiniers, qui les mangeaient et qui, pour alléger la cargaison de leur bateau, les ont abandonnées sur l'île d'Isabela des Galapagos, la dernière étape avant d'entrer en pleine mer.

Ces déplacements d'animaux ont provoqué l'extinction de l'espèce sur son Floreana, leur île d'origine. Mais des specimens résidant sur l'île d'Isabela présentent des similarités avec celles-ci dans leur constitution génétique, d'après des analyses réalisées sur 150 tortues.

Le programme de reproduction en captivité aidera à "repeupler l'île (de Floreana) avec des tortues non identiques mais très proches de l'espèce d'origine", a expliqué à l'AFP Washington Tapia, directeur de l'initiative pour la Restauration des tortues géantes.

L'archipel des Galapagos, qui tient son nom de ces tortues géantes, se trouve à un millier de kilomètres des côtes équatoriennes. Il a servi de laboratoire au naturaliste anglais Charles Darwin pour développer sa théorie sur l'évolution des espèces.

Les Galapagos comptent 15 espèces endémiques de tortues, mais trois d'entre elles sont éteintes.

© 2017 AFP