Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Asie - pacifique

Malaisie : 22 élèves et deux professeurs meurent dans l'incendie d'une école

© Sadiq Asyraf, AFP | Des secours déployés devant l'école religieuse qui a brûlé jeudi, à Kuala Lumpur, en Malaisie, faisant 24 morts.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/09/2017

Vingt-quatre personnes, dont 22 élèves d'une école religieuse qui opérait illégalement, sont morts, jeudi, dans un incendie à Kuala Lumpur, en Malaisie. Il s'agit d'un des accidents les plus graves dans le pays ces dernières années.

L'un des pires incendies de ces dernières années en Malaisie : vingt-quatre personnes, pour la plupart des adolescents, ont péri dans un incendie, jeudi 14 septembre, dans une école religieuse à Kuala Lumpur, ont indiqué des responsables locaux.

Le feu s'est déclaré peu avant l'aube à l'école Tahfiz Darul Quran Ittifaqiyah, un établissement de deux étages situé dans le centre de la capitale de ce pays d'Asie du Sud-Est à majorité musulmane. Les pompiers se sont rapidement rendus sur les lieux et l'incendie a été éteint au bout d'une heure.

"Les enfants essayaient désespérément d'échapper aux flammes", a déclaré à la télévision le ministre des Territoires de la Fédération de Malaisie, Tengku Adnan Tengku Mansor. "Des grilles en métal les empêchaient de sortir du bâtiment en feu", a-t-il ajouté.

Le directeur de la police de Kuala Lumpur, Amar Singh, a déclaré que "les corps étaient entièrement brûlés". Des photos publiées dans les médias locaux montrent des lits noircis par le feu et couverts de cendres.

"Ils ne pouvaient pas s'échapper"

"Malheureusement, il n'y avait qu'une seule entrée, donc ils ne pouvaient pas s'échapper. Tous les corps ont été découverts regroupés les uns sur les autres", a-t-il ajouté.

Des responsables locaux avaient annoncé initialement la mort de 25 personnes, mais la police a révisé ce bilan à 24 dont 22 étudiants et deux enseignants.

"Je pense que c'est l'un des pire drame dans le pays au cours des 20 dernières années. Nous enquêtons sur les causes de l'incendie", a observé pour sa part le directeur du Centre d'incendie et de secours de Kuala Lumpur, Khirudin Drahman.

Selon le quotidien The Star, des habitants du quartier qui se sont réveillés tôt pour la prière du matin ont entendu des cris d'appels à l'aide et ont vu les flammes envahir l'étage supérieur du bâtiment, où les enfants dormaient dans des dortoirs.

Des écoles sans licence

Cette école religieuse opérait sans licence, a déclaré le ministre des Territoires. Des représentants des autorités locales avaient récemment attiré l'attention sur les conditions de sécurité incendie dans de tels établissements, selon des médias locaux.

"L'école religieuse n'avait pas de licence d'exploitation des autorités locales. L'école ne possède pas non plus de licence des autorités religieuses locales. De nombreuses autres écoles religieuses dans le pays" opèrent illégalement, a précisé le ministre des Territoires.

Le Centre d'incendie et de secours avait soulevé des inquiétudes quant aux mesures de sécurité dans les écoles privées religieuses non enregistrées auprès des autorités, connues sous l'appellation de tahfiz, observe le quotidien malaisien The Star.

Le journal ajoute que 211 incendies ont été recensés depuis 2015 dans de tels établissements – des écoles coraniques qui accueillent en général des élèves de cinq à 18 ans.

De son côté, le vice-ministre des Territoires de la Fédération de Malaisie, Loga Bala Mohan, a exprimé sa sympathie aux familles et appelé à établir rapidement la cause du drame.

Avec AFP

Première publication : 14/09/2017

  • IMMIGRATION CLANDESTINE

    Migrants : découverte de fosses communes dans le nord de la Malaisie

    En savoir plus

  • MALAISIE

    En images : la Malaisie touchée par des inondations sans précédent

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    Les pays du Sud-Est asiatique enfin déterminés à sauver les migrants ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)