Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ghassan Salamé : le processus politique en Libye est ouvert "à tout le monde sans exception"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Rohingya : "Le plus urgent, c'est d'arrêter la violence", insiste le Haut Commissaire pour les réfugiés

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : le cauchemar des chrétiens de la vallée du Khabour

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Comment tout pourrait mal tourner pour Angela Merkel"

En savoir plus

MODE

Barcelone, nouvel eldorado de la création européenne

En savoir plus

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du Code du travail : les ordonnances présentées en Conseil des ministres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crise au FN : "L'impossible existence des numéros deux"

En savoir plus

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 1)

En savoir plus

Le mercato? C'est 5 milliards de dollars en un été !

© AFP/Archives / Par Corentin DAUTREPPE | Neymar Jr, le joueur le plus cher de l'histoire, a rejoint le PSG de Nasser Al-Khelaïfi, ici au Parc des Princes, le 4 août 2017

PARIS (AFP) - 

Près de 5 milliards de dollars américains, soit près de 4 milliards d'euros: à l'instar du Paris SG en France ou de Manchester City en Angleterre, les clubs de football dans le monde ont dépensé des sommes records lors des trois mois du mercato d'été, selon les données compilées par la Fifa.

. 82 transferts par jour

Au total, 7.590 transferts ont été effectués entre le 1er juin et le 1er septembre dans le monde, selon la Fifa qui recense depuis octobre 2010 les mutations d'un pays à l'autre.

C'est près de 82 transferts par jour, dont 58,3% concernent des joueurs libres de tout contrat (donc transférés sans indemnités de transfert), 13,9% sont des prêts, 11,1% des retours de prêt et 16,7% sont des transferts au sens strict.

Au premier rang des clubs dépensiers, ceux du Big 5, les 5 grands championnats européens que sont l'Angleterre, l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne et la France. Selon la Fifa, qui a rendu ses données publiques, "ils ont joué un rôle central" cet été, dépensant 3,67 milliards de dollars (3,08 milliards d'euros) lors du mercato d'été, "un nouveau record pour la période".

Ce montant signifie que 77,9% des sommes déboursées cet été sur le marché des transferts, qui ont atteint le total de 4,71 milliards de dollars (3,95 milliards d'euros), sont le fait de ces 5 grands championnats.

. La France 2e en termes de recettes

Sans surprise, l'Angleterre est en tête des championnats les plus dépensiers, du fait de la manne sans précédent de ses droits télévisuels (2,3 milliards d'euros annuels de la Premier League sur 2016-19). Elle a dépensé 1,4 milliard de dollars, soit "plus du double" que n'importe quel autre pays, note la Fifa.

L'Espagne a déboursé pour 639,5 millions de dollars cet été, soit davantage que la France qui a dépensé 604,1 millions de dollars (ou 508 millions d'euros) "pour acheter des joueurs à l'étranger", soit une hausse de 250% par rapport à l'été précédent, a noté la Fifa.

Cela s'explique notamment par l'activité du PSG, qui a déboursé 222 millions d'euros pour arracher Neymar à Barcelone, mais aussi par celle de Monaco, Lyon ou Marseille, qui ont eux aussi prospecté hors des frontières nationales. L'Allemagne (519 millions de dollars) et l'Italie (506,8 millions de dollars) ont moins dépensé.

Niveau recettes, l'Espagne est en revanche loin devant, toujours selon la Fifa: le pays d'Alvaro Morata, transféré cet été du Real Madrid à Chelsea, a perçu pour 752,3 millions d'euros, meilleur total du Big 5.

La France se classe deuxième meilleur vendeur, avec 579,4 millions de dollars de recettes. Elle a effectué le plus grand nombres de ses transferts en direction de l'Angleterre (38), de la Belgique (34), de l'Espagne (21) et de la Turquie (21).

L'Italie est sur le podium avec 399,2 millions de dollars, juste devant l'Angleterre (379,1 M USD) et l'Allemagne (358,2 M USD).

. La Russie dépensière, la Chine nettement moins

En dehors du Big 5, note la Fifa, les plus gros dépensiers ont été les clubs russes, qui ont déboursé pour 129 millions de dollars, et leurs homologues turcs, qui ont déboursé 115,9 millions d'euros.

En revanche, la Fifa confirme la très forte chute des investissements de la Chine dans le football, à commencer par le marché des transferts. Les clubs chinois n'ont déboursé que 38,5 millions de dollars lors de ce marché d'été, soit près de 75% moins qu'un an auparavant.

A noter enfin que, loin des indemnités folles déboursées cet été par le PSG - visé par une enquête de l'UEFA pour cette raison - ou par les clubs anglais comme Manchester City ou Chelsea, la Fifa note que "parmi les clubs qui ont réalisé au moins un recrutement dans le sens des arrivées, seuls 40% ont déboursé de l'argent en indemnités de transfert". Ce qui veut dire que les autres ont privilégié les joueurs libres ou prêts gratuits.

Par Corentin DAUTREPPE

© 2017 AFP