Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Wall Street ouvre en baisse au lendemain de nouveaux records

© AFP/Archives | Trader sur le parquet du New York Stock Exchange, le 8 septembre 2017

NEW YORK (AFP) - 

Wall Street a débuté la séance en légère baisse jeudi, perdant du terrain après avoir atteint de nouveaux sommets la veille et après un chiffre sur l'inflation de nature à relancer les spéculations sur la politique monétaire: le Dow Jones cédait 0,02% et le Nasdaq 0,47%.

Vers 13H45 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average reculait de 3,77 points, à 22.1154,41 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 30,55 points, à 6.429,64 points.

L'indice élargi S&P 500 lâchait 0,24%, ou 5,91 points, à 2.492,46 points.

Mercredi, aidée par le secteur de l'énergie, la Bourse de New York, avait terminé en petite hausse, emmenant le Dow Jones (+0,18%), le Nasdaq (+0,09%) et le S&P 500 (+0,08%) à des records.

Le marché actions "redescend de ses nouveaux sommets après un chiffre sur l'inflation meilleur que prévu qui pourrait remettre la Fed sur le devant de la scène", ont estimé les analystes de Charles Schwab.

Les prix à la consommation sont remontés un peu plus rapidement que prévu en août aux Etats-Unis, essentiellement à cause des prix de l'énergie: l'indice CPI a augmenté de 0,4% le mois dernier en données corrigées des variations saisonnières, sa plus forte hausse en sept mois.

Sur un an, l'inflation est remontée à 1,9% en août contre 1,7% en juillet.

Hors énergie et alimentation, l'inflation "est un peu plus solide que les mois précédents, conformément à l'idée que l'accès de faiblesse récemment observé était un peu exagéré", a commenté Jim O'Sullivan de HFE.

"Cette indication plaide en faveur d'un début de normalisation du bilan d'actifs de la Réserve fédérale (Fed) la semaine prochaine et d'un relèvement des taux d'intérêts en décembre, même s'il y a encore trois rapports sur l'inflation avant que toute décision à ce sujet soit prise", a-t-il ajouté.

Le Comité de politique monétaire de la banque centrale américaine (FOMC) doit se réunir les 19 et 20 septembre.

La Fed a déjà remonté deux fois ses taux cette année, mais les a maintenus dans la fourchette de 1% à 1,25% lors de sa dernière réunion.

Ses responsables avaient laissé entendre en juin qu'une nouvelle hausse était prévue cette année. Mais la persistance d'une inflation à un faible niveau divise les membres du Comité monétaire (FOMC) sur le calendrier à suivre.

Le marché obligataire reculait légèrement: le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans progressait à 2,198%, contre 2,188% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,790%, contre 2,786% à la précédente clôture.

© 2017 AFP