Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Amériques

Après le passage d'Irma : Barbuda, population 0

© Gemma Handy, AFP | Les 1 800 habitants de Barbuda ont été évacués vers Antigua.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 15/09/2017

La totalité des habitants de l'île de Barbuda, dans les Antilles, a dû être évacuée vers l'île voisine d'Antigua à cause des destructions causées par l'ouragan Irma.

© Studio Graphique France Media Monde

Il n’y a plus personne sur Barbuda, l’une des premières îles des Antilles à avoir été touchée par l’ouragan Irma, mardi 6 septembre. L’intégralité des 1 800 habitants a été évacuée vers l’île voisine d’Antigua, beaucoup moins touchée par le cyclone de catégorie 5. Les habitants de Barbuda ont commencé à quitter l'île de leur propre chef à partir du 7 septembre, et les autorités ont débuté à évacuer l’intégralité de la population dès le lendemain, un processus qui a pris plusieurs jours.

"Une civilisation qui a existé pendant 300 ans vient d’être anéantie", a déploré Ronald Sanders, l’ex-ambassadeur à Washington d'Antigua-et-Barbuda, interrogé par la radio publique américaine WNYC, mercredi 13 septembre. L’ouragan Irma avait détruit 95 % des habitations et infrastructures de Barbuda avant de semer la dévastation sur les îles françaises de Saint-Barthélémy et Saint-Martin, puis de remonter jusqu’à la Floride.

Sur Barbuda, il ne reste plus que des chiens et des chats laissés sur place par leurs propriétaires, ont constaté les journalistes de l'hebdomadaire américain Time. Mais ces animaux de compagnie ne sont pas près de revoir leurs maîtres. La reconstruction va prendre beaucoup de temps.

Antigua-et-Barbuda, petit territoire du Commonwealth avec un PIB annuel d’à peine 1 milliard de dollars, va avoir du mal à payer la facture estimée à au moins 200 millions de dollars. "La tâche va être monumentale et au-dessus de nos moyens. Lorsque nous déciderons de nous y atteler, il ne faudra pas seulement reconstruire, mais aussi le faire pour respecter toutes les normes de sécurité contre les cyclones", a déclaré Ronald Sanders, en appelant la communauté internationale à l’aide.

Première publication : 15/09/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Irma : le bilan s'alourdit à 37 morts aux États-Unis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Floride : un quart des logements détruits dans les Keys après le passage d'Irma

    En savoir plus

  • FRANCE

    Macron : le "retour à la vie normale" est la "priorité absolue" après l'ouragan Irma

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)