Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FOCUS

Sénatoriale dans l’Alabama : une élection qui divise sur fond de pédophilie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'OMC sous la pression des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Laurent Wauquiez, adroit ou à droite?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : 14 Casques bleus tués dans le Nord-Kivu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éloge funèbre d'Emmanuel Macron : un hymne à Jean d'Ormesson et à la littérature

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : une onde de choc causée par la décision de Donald Trump ? (Partie 2)

En savoir plus

EUROPE

Référendum en Catalogne : les entreprises inquiètes face à une éventuelle sortie de l’UE

© Pau Barrena, AFP | Des affiches en faveur du référendum dans les rues de Barcelone, en Catalogne, le 16 septembre 2017.

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 18/09/2017

Alors que les indépendantistes invoquent l’argument économique pour se délester du reste de l’Espagne, les entrepreneurs sont suspendus à l’issue du référendum, craignant une éventuelle exclusion des marchés européen et espagnol.

À moins de 15 jours du référendum, le secteur privé se veut rassurant en évoquant “une hypothétique indépendance de la Catalogne”. Mais dans les faits, nombreuses sont les entreprises de la région déjà prêtes à appuyer sur le “bouton rouge”, pour déclencher un plan d'urgence leur permettant de délocaliser leur siège social en 24 heures, sans passer par un vote de leurs assemblées générales.

“Qu’elles soient multinationales ou catalanes, les sociétés ne peuvent se permettre d’être dans l’illégalité”, précise à France 24 Carlos Rivadulla, le vice-président de l’association “Empresaris de Catalunya”, regroupant 400 entrepreneurs hostiles au référendum invalidé par le Conseil constitutionnel. La banque Banco Sabadell, basée à Barcelone, a prévenu qu’elle ne pourrait pas "sortir du cadre réglementaire de la Banque centrale européenne", ce qui lui ferait perdre une source de financement.

>> À Barcelone, tous ne rêvent pas d'indépendance

"Un socle commun avec le reste de l’Espagne"

Les entrepreneurs craignent aussi la fermeture des marchés espagnol et européen. “Qui souhaite réduire son marché de 550 millions d'Européens à 7,5 millions de Catalans ?”, lance Carlos Rivadulla. La scission de la Catalogne restaurerait automatiquement les frontières avec les terres voisines, à savoir les provinces de Valence et d’Aragon, mais aussi avec la France, et provoquerait de facto une sortie de l’Union européenne.

“Les entreprises exportatrices ont beaucoup à perdre puisque la région dépend énormément du reste de l’Espagne”, précise le vice-président de l’association. La Catalogne vend 45 % de sa production sur le marché castillan. “Nous partageons un socle économique, culturel et juridique avec le reste de l’Espagne que les indépendantistes sous-estiment", juge-t-il. À titre d’exemple, il cite le fameux chocolat chaud espagnol “Colacao”, du groupe catalan Nutexpra. “Il est très populaire dans toute l’Espagne alors qu'il n’est pas commercialisé en France", commente-t-il.

"Le Catalexit aurait de plus graves conséquences que le Brexit”

Les relations économiques sont toutes aussi fortes avec l'UE : les Vingt-huit représentent 70 % des investissements étrangers dans la région et 65 % des exportations catalanes sont concentrées sur le marché européen. “Ces chiffres révèlent à quel point le divorce serait un désastre économique pour la région”, confirme Carlos Rivadulla qui s’appuie sur l’étude de la banque néerlandaise ING, "La Catalogne, le coût d'être célibataire".

La banque affirme par ailleurs que le “Catalexit aurait de plus graves conséquences que le Brexit” et "ne permettrait pas aux contribuables catalans d'alléger leurs impôts". Dans l’hypothèse d'une sortie même temporaire de l'UE, les exportations à destination de la zone seraient en effet passibles de droits de douane. Conséquences : moins de revenus, moins d’investissements et moins d’emplois, affirment les économistes. Un manque à gagner pour les entreprises estimé à 54 000 milliards d’euros, selon les chiffres du gouvernement espagnol, qui table sur une chute du PIB de 25 à 30 % et de la destrcution de 180 000 emplois.

Le président de la maison d'édition Planeta, la plus importante du monde hispanique basée à Barcelone, s'était dit prêt dès 2012 à quitter la Catalogne en cas d'indépendance. Sur les cinq dernières années, plus de 1 600 entreprises ont déjà franchi le pas.

Première publication : 18/09/2017

  • ESPAGNE

    Référendum en Catalogne : un casse-tête pour les mairies

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le parquet espagnol menace d'arrêter les maires catalans pro-référendum

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : à Barcelone, les anti-indépendantistes peinent à faire entendre leur voix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)