Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Morales : "Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, un signe de mépris"

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Léonard She Okitundu : "La RDC n'exclut pas des mesures de rétorsion contre l'UE"

En savoir plus

Amériques

À l'ONU, Trump promet de "détruire entièrement" la Corée du Nord si elle persiste

© Timothy Clary, AFP | Donald Trump prononçant son discours à la tribune de l'ONU, à New York, le 19 septembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/09/2017

Donald Trump a exposé mardi sa vision du monde lors de son premier discours prononcé à la tribune de l'ONU. Il a notamment condamné la Corée du Nord et s'est dit prêt à la détruire entièrement si elle persiste dans son projet nucléaire.

Donald Trump a prononcé mardi 19 septembre un premier discours très attendu à la tribune de la 72e Assemblée générale de l'ONU. Huit mois après son arrivée à la Maison Blanche, le président américain a donné sa vision du monde.

Corée du Nord

Devant quelque 130 chefs d'État et de gouvernement, Donald Trump a tout d'abord dénoncé les "États voyous", qui sont selon lui une menace pour le monde, et affirmé que l'armée américaine allait devenir "plus forte que jamais".

Dans son allocution de 45 minutes, le président américain s'en est ensuite fermement pris au régime de Pyongyang, le qualifiant de "régime vicieux". Il l'a menacé de "détruire totalement" la Corée du Nord en cas d'attaque. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, cet "homme-fusée", est embarqué dans "une mission-suicide", a-t-il lancé. "Les États-Unis sont prêts, disposés et en mesure" de répondre militairement à Pyongyang, "mais espérons que cela ne sera pas nécessaire", a-t-il poursuivi.

Il a par ailleurs mis en garde les États "qui non seulement auraient des échanges commerciaux avec un tel régime, mais fourniraient aussi des armes et un soutien financier à un pays qui risque de faire plonger le monde dans un conflit nucléaire".

Iran

Après la menace nucléaire nord-coréenne, Donald Trump a évoqué le dossier iranien. L'accord nucléaire conclu avec l'Iran est "un des pires auquel les États-Unis aient jamais participé" et représente un "embarras" pour eux, a-t-il lancé.

"Nous ne pouvons pas laisser un régime meurtrier continuer ses activités déstabilisatrices (...) et nous ne pouvons pas respecter un accord s'il sert à couvrir l'éventuelle mise en place d'un programme nucléaire"", a-t-il déclaré.

Venezuela

Le président américain Donald Trump a dénoncé la "situation inacceptable" qui perdure au sein de la "dictature socialiste" qu'est le Venezuela.

"Nous ne pouvons pas rester sans rien faire. En tant que voisin et ami responsable, nous devons avoir un but" pour les Vénézuéliens : "Leur rendre leur liberté, remettre le pays sur les rails et regagner la démocratie", a-t-il ajouté, en se disant prêt à "de nouvelles actions", sans préciser lesquelles.

Les réformes nécessaires de l'ONU

Donald Trump a évoqué les dysfonctionnements internes de l'ONU, qui entravent selon lui l'efficacité de l'institution. La contribution américaine est injustement élévée, a-t-il estimé, qualifiant les 22 % de la participation américaine au budget de "fardeau financier injuste". 

Il a terminé son discours en appelant les nations a être patriotes. "Nous demandons un grand réveil des nations", pour "raviver l'espoir" et "débloquer le potentiel de la vie elle-même".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 19/09/2017

  • INTERVIEW

    Réformer l'ONU, mission impossible ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trump ouvre une semaine de débats en critiquant la bureaucratie de l'ONU

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Trump, Macron et Guterres assistent à leur première Assemblée générale de l'ONU à New York

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)