Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : 14 casques bleus tués dans le Nord-Kivu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Eloge funèbre d'Emmanuel Macron : un hymne à Jean d'Ormesson et à la littérature

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc causée par la décision de Donald Trump ? (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc causée par la décision de Donald Trump ? (Partie 1)

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : en Égypte, les idéaux de la place Tahrir à l'épreuve de la répression

En savoir plus

TECH 24

L'intelligence artificielle se met au rythme de la pop

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La fiscalité selon Trump : qui sont les gagnants et les perdants de la réforme ?

En savoir plus

REPORTERS

Libye-Italie : les migrants pris entre deux feux

En savoir plus

EUROPE

Arrestations de hauts responsables en Catalogne : les indépendantistes manifestent à Barcelone

© Josep Lago, AFP | "Les forces d'occupation dehors !", ont scandé les manifestants aux forces de l'ordre, mercredi 20 septembre 2017 à Barcelone.

Vidéo par Mélina HUET

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 20/09/2017

Plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues de Barcelone mercredi après l'arrestation de 13 hauts responsables de l'exécutif séparatiste de la région de Catalogne par la garde civile espagnole.

Les indépendantistes catalans n'ont pas tardé à réagir. Quelques heures après l'interpellation d'une douzaine de membres du gouvernement catalan, qui prévoit d'organiser dans 10 jours un referendum d'autodétermination interdit par la justice, les "pro" sont descendus dans les rues de Barcelone pour manifester leur soutien aux institutions catalanes.

Certains se sont massés sur la Place Sant Jaume où se dresse le Palais régional, quand d'autres se sont réunis autour du siège du parti indépendantiste radical de gauche CUP (Candidature d'unité populaire), encerclé par la police nationale.

"Les forces d'occupation dehors !", ont-ils scandé aux forces de l'ordre gouvernementales quand d'autres manifestants issus de Podemos ont même dénoncé un "coup d'État".

Moment fort de ce rassemblement, le vice-président de Catalogne Oriol Junqueras, dont le bras droit Josep Maria Jové a été interpellé, a rejoint les manifestants en se frayant un chemin pour rejoindre la Conselleria de Economia (département des Affaires économiques catalan). Les motifs de l'arrestation n'ont cependant pas été précisés par la garde civile, qui a également indiqué avoir saisi plus de 9,8 millions de bulletins de vote dans un entrepôt de la zone industrielle de Bigues, à 45 km au nord de Barcelone, ainsi qu'une quantité de matériel électoral, notamment des formulaires pour la constitution des bureaux de vote et d'autres pour enregistrer les votants.

La mobilisation est d'abord née sur les réseaux sociaux sous le hashtag #MovilizacionCatalunyaESP. "Résistons pacifiquement. Sortons dans la rue pour défendre nos institutions de manière non violente", a tweeté Jordi Sanchez, le président d'un des principaux mouvements indépendantistes issus de la société civile, l'Assemblée nationale catalane (ANC). "Ils ont commis une grande erreur. Nous voulions voter et ils ont déclaré la guerre", a-t-il aussi écrit.

"État d'urgence"

Le gouvernement "a suspendu de facto l'autonomie de la Catalogne et appliqué de facto un état d'urgence", a affirmé le président catalan Carles Puigdemont après ces interpellations, accusant le gouvernement espagnol d'être "totalitaire" et de violer les "droits fondamentaux".

Respecter la loi

"Nous avons tous l'obligation de respecter la loi", avait auparavant déclaré à Madrid le chef du gouvernement Mariano Rajoy lors d'une houleuse séance parlementaire lors de laquelle un groupe d'élus catalans a quitté l'hémicycle pour protester.

>> À lire aussi sur France 24 : À Barcelone, tous ne rêvent pas d'indépendance

Un référendum légal

Les séparatistes sont majoritaires en sièges au Parlement catalan depuis septembre 2015. Mais les Catalans sont très partagés sur la question de l'indépendance, selon les sondages.

Aux élections régionales en 2015, les indépendantistes avaient obtenu 47,6 % des suffrages et le camp soutenant le maintien en Espagne 51,28 %. Plus de 70 % des Catalans souhaitent cependant pouvoir s'exprimer à travers un référendum en bonne et due forme, selon tous les sondages.

Avec AFP

Première publication : 20/09/2017

  • ESPAGNE

    Le président catalan accuse Madrid d'avoir "suspendu de facto l'autonomie de la Catalogne"

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Référendum en Catalogne : un casse-tête pour les mairies

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le parquet espagnol menace d'arrêter les maires catalans pro-référendum

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)