Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

Chine: sur la rivière, des pêcheurs emportés par la vie moderne

© AFP | Des pêcheurs de la communauté Tanka sur leurs bateaux, le 8 septembre 2017 à Datang, dans le sud de la Chine

DATANG (CHINA) (AFP) - 

Dans le sud de la Chine sillonné de rivières, une ancestrale communauté de pêcheurs qui vit sur l'eau décline progressivement, à mesure que les plus jeunes recherchent une vie meilleure en ville.

Pendant des générations, les bateaux en bois, les filets de pêche et les longues rames en bambou constituaient le quotidien de la communauté Tanka.

Mais à Datang (sud), ville de la province du Guangdong où réside la majorité de cette communauté de pêcheurs, les Tanka ("Danjia" en chinois) se détournent petit à petit du mode de vie traditionnel.

Chen Yongfu, 45 ans, a grandi sur un bateau mais travaille désormais dans un restaurant en ville.

"J'ai quitté l'embarcation familiale il y a bien longtemps, après mon diplôme", explique-t-il.

A l'époque, même les cérémonies de mariage étaient organisées sur les bateaux, dont les ponts étaient encombrés de tables et d'invités: "C'était plein de vie", se remémore M. Chen avec nostalgie.

"Mais aujourd'hui, ce type de mariage n'existe plus chez les Tanka. Les jeunes vivent sur la terre ferme, comme tout le monde", ajoute-t-il.

Malgré l'encouragement des autorités à emménager dans des maisons en dur, certains Tanka plus âgés restent attachés à leurs activités ancestrales.

Lin Ziqiang, 43 ans, démarre ainsi le moteur de son bateau tous les matins dès l'aube pour aller pêcher avec sa femme. Ils reviennent en début d'après-midi se poser sur leur rivage favori, en contrebas d'un immense pont routier haut de 40 mètres.

Et en début de soirée, le couple vend ses prises de la journée sur un marché au bord de la rivière Beijiang. Chaque mois, ils gagnent de 3.000 à 4.000 yuans (de 380 à 510 euros), un revenu modeste pour la province la plus riche de Chine.

Mais ils n'ont jamais connu d'autre vie. Les deux époux se sont rencontrés enfants sur un bateau et le père de Lin Ziqiang vient toujours parfois les rejoindre sur leur embarcation.

La vie de leurs deux fils promet d'être très différente: le plus âgé (22 ans) travaille en ville et le plus jeune (19 ans) étudie désormais à l'université.

© 2017 AFP