Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 8h45.

Dernière modification : 20/09/2017

Touadéra : "Le départ de la force Sangaris de Centrafrique était prématuré"

© France 24

À l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a accordé un entretien à France 24. Il revient notamment sur les violences qui embrasent son pays et sur l'incapacité de son gouvernement à y mettre fin, alors que le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires a alerté la communauté internationale sur un risque possible de "génocide" en Centrafrique.

Dans un entretien accordé à France 24, Faustin-Archange Touadéra rejette l'analyse de l'ONU pointant "des risques avant-coureurs de génocide" dans son pays. Selon le président centrafricain, les violences sont générées par un "vide sécuritaire" qui profite aux groupes armés tournés vers la "prédation" et le "grand banditisme".

Le départ de Centrafrique de la force française Sangaris, début 2016, était "prématuré", regrette-t-il par ailleurs. "L'armée centrafricaine doit se reconstruire. Aujourd’hui, il faudrait renforcer la capacité des casques bleus de la Minusca", la mission de l'ONU dans le pays, affirme-t-il, estimant qu’il faudrait "trois ou quatre contingents supplémentaires" pour couvrir les besoins sécuritaires.

>> À voir aussi sur France 24, notre débat : "Centrafrique : Sangaris terminée, mission inachevée ?"

Enfin, Faustin-Archange Touadéra appelle la communauté internationale à soutenir la Centrafrique sur le plan humanitaire pour répondre aux défis posés par les plus d'un million de personnes déplacées à l’intérieur du pays.

>> À voir aussi sur France 24, notre reportage : "Au Cameroun, avec les enfants perdus de Centrafrique"

Par Marc PERELMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

16/12/2017 Amériques

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

Luis Videgaray, ministre des Affaires étrangères mexicain, revient pour France 24 sur les mesures prises lors du sommet de Paris pour le climat, mais aussi sur les rapports...

En savoir plus

15/12/2017 Japon

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

Dans cet "Entretien", Marc Perelman reçoit Taro Kono, ministre des Affaires étrangères du Japon. Interrogé au sujet de la proposition faite par le secrétaire d’État américain Rex...

En savoir plus

14/12/2017 Moyen-Orient

Israël : Tzipi Livni appelle à un gel de la colonisation

Dans un entretien accordé à France 24, jeudi, Tzipi Livni, ancienne ministre israélienne des Affaires étrangères, appelle à un gel de la colonisation sur les Territoires...

En savoir plus

14/12/2017 Moyen-Orient

Essebsi : "Avec Jerusalem, les États-Unis ont réduit les chances d’une solution négociée"

Dans un entretien accordé à France 24, le président tunisien commente la décision controversée de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Selon lui, le...

En savoir plus

13/12/2017 Jérusalem

"Trump souhaite toujours une solution à deux États", selon Riyad

Dans un entretien accordé à France 24, le ministre des Affaires étrangères saoudien Adel bin Ahmed al-Jubeir a souligné que Riyad condamnait la décision de Donald Trump de...

En savoir plus