Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la "flat tax" sur les revenus du capital adoptée à l'Assemblée

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Centrales nucléaires : opérations démantèlement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la mobilisation contre la réforme du travail s'essouffle

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : nouveaux affrontements entre opposants et policiers

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

Finis les jets privés, General Electric vend ses avions

© AFP/Archives | Finis les jets privés, General Electric vend ses avions

NEW YORK (AFP) - 

Finis les jets privés pour les dirigeants de General Electric (GE): le conglomérat industriel américain, qui réduit drastiquement ses coûts dans l'espoir de se relancer, a décidé de vendre ses avions pour faire des économies.

"Comme nous l'avons déjà dit, nous sommes en train de mettre à exécution un projet visant à réduire des coûts de l'ordre de 2 milliards de dollars d'ici la fin 2018", a déclaré mercredi à l'AFP une porte-parole.

"Une des composantes de ces efforts est qu'à partir d'aujourd'hui (...) nous allons utiliser les compagnies charters si besoin", a-t-elle développé, ajoutant que "nous avons l'intention de vendre nos appareils".

GE est propriétaire de plusieurs avions et hélicoptères, qui transportent ses dirigeants dans leurs déplacements professionnels à travers le monde.

Le groupe, co-fabricant avec le français Safran du réacteur d'avion de nouvelle génération Leap, autorisait également pour des raisons de sécurité son PDG à y recourir pour des déplacements privés.

Mais GE traverse actuellement une passe difficile après des paris ratés dans l'énergie effectués par son ancien PDG, Jeff Immelt. Le titre a perdu plus de 23% de sa valeur à Wall Street depuis janvier alors que les indices boursiers ont dans le même temps atteint des niveaux record.

Le conglomérat, un des baromètres de la santé de l'économie américaine au vu de son portefeuille d'activités qui brasse large, doit présenter un plan de relance le 13 novembre. John Flannery, le nouveau patron, a déjà prévenu qu'aucune option n'est à écarter et, en l'occurrence, une cure d'austérité.

© 2017 AFP