Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Ortega Basta"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Google à l'amende pour "abus de position dominante" : les leçons du cas Microsoft

En savoir plus

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 20/09/2017

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

© France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 20 septembre, les réactions de la presse étrangère au discours de Donald Trump à l’ONU. Celles à l’intervention d’Aung San Suu Kyi sur le sort des Rohingyas en Birmanie. Et l’histoire d’un mort-vivant…

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

Au menu de cette revue de presse internationale, les réactions au discours de Donald Trump à la tribune de l’ONU. Le président américain s’est dit prêt à «détruire totalement la Corée du Nord».

Cette déclaration choc fait la une de plusieurs journaux étrangers – notamment de The I, au Royaume-Uni, qui précise que le président américain a une nouvelle fois qualifié Kim Jong-un de «rocket man», un «homme-fusée», engagé, selon lui, dans une «mission-suicide pour lui-même et pour son régime». La une, également, du Soir, en Belgique, qui fustige le «discours guerrier» de Donald Trump, accusé de franchir «un cap excessivement dangereux en menaçant de rayer carrément de la carte du monde, un pays et ses 20 millions d’habitants». «Cette sortie, est irresponsable et infantile», dénonce le journal.

Un discours critiqué, également, par la presse américaine. «Donald Trump a énoncé une vision de l’ordre mondial radicalement différente de celles de ses prédécesseurs, qui avaient fondé les Nations unies au lendemain de la Seconde guerre mondiale pour gérer collectivement les problèmes qui selon eux dépassaient les frontières», relève The New York Times – qui estime que le président américain a aussi exposé une définition étonnamment sélective de la souveraineté, menaçant avec agressivité des pays tels que la Corée du Nord, de l’ran et du Venezuela, dont il désapprouve les politiques, mais ne disant rien à propos de la Russie, «qui a volé un territoire à son voisin ukrainien, et s’est ingérée dans l’élection présidentielle américaine». Une définition sélective de la souveraineté, que The Washington Post lie à l’agenda politique de Donald Trump, et à sa promesse de faire «passer l’Amérique d’abord».

Le président américain a aussi dénoncé l’accord sur le nucléaire iranien – qu’il a qualifié d’«embarras» pour les Etats-Unis. «Le discours de haine et d’ignorance de Donald Trump appartient aux temps médiévaux – pas à l’ONU du 21ème siècle. Il ne mérite pas qu’on lui réponde», a répliqué le ministre des Affaires étrangères iranien sur Twitter, cité par The Iran Daily, qui rapporte également que Mohammad Javad Zarif a déclaré que la «fausse empathie» envers les Iraniens «ne tromp(ait) personne». Le président Hassan Rohani, lui, a profité de l’assemblée générale pour défendre l’accord sur le nucléaire auprès de plusieurs dirigeants étrangers – notamment auprès d’Emmanuel Macron, selon The Tehran Times. Le quotidien officiel iranien évoque «le soutien» du président français, qui a par ailleurs fait part de sa détermination à «développer les relations avec l’Iran».

Emmanuel Macron qui a promis, à l’ONU, d’engager une initiative contre le «nettoyage ethnique» subi par les Rohingyas en Birmanie. Très critiquée jusqu'ici pour son silence, la chef du gouvernement birman a, quant à elle, finalement pris la parole, hier, pour condamner les violations des droits de l'Homme et proposer le retour des membres de cette minorité musulmane réfugiés au Bangladesh. Elle n’a pas, en revanche, reconnu l’existence du nettoyage ethnique, à la grande colère des associations de défense des droits de l’Homme, qui l’accusent de «nier l’évidence», selon The Times. Dans Libération, Willem dessine avec amertume la Prix Nobel de la paix tenant dans sa main un jeune enfant ensanglanté. Alors que les militaires massacrent les Rohingya, on voit Aung San Suu Kyi les justifier en assurant qu’ils sont parvenus à capturer vivant «un des terroristes Rohingya».

Mais quelle est réellement la marge de manœuvre dont elle dispose? Dans Le Monde, la spécialiste Sophie Boisseau du Rocher estime que la dirigeante birmane «a fait un geste sensible pour l’intégration des Rohingyas», et qu’elle «agit par petits pas conciliants, parce qu’elle ne peut pas faire autrement». Selon elle, un autre paramètre entre en ligne de compte, dont on parlerait assez peu: le fait que l’Arakan, la province où ont eu lieu les exactions contre les Rohingyas, recèle des matières premières importantes, notamment des gisements de gaz offshore, et qu’il constitue une position stratégique à l’entrée du golfe du Bengale, qui intéresse les Chinois pour la mise en œuvre des routes de la soie - ce qui complique encore plus, évidemment, l’équation d’ Aung San Suu Kyi.

Tout autre chose, pour terminer, la mésaventure d’un retraité du Tarn, dans le Sud-Ouest de la France, qui a été déclaré mort… alors qu’il est bel et bien vivant. Ce sont nos confrères de France Info qui rapportent cette histoire, qui a débuté en mai dernier, lorsque la police retrouve un corps sans vie dans une caravane stationnée sur un terrain appartenant à Louis Palacios. Après enquête dans le coin, des marginaux disent à la police qu'il s'agit de lui – ce qui conduit la police à déclarer officiellement sa mort. De ce fait, monsieur Palacios s’est retrouvé sans retraite, sans sécurité sociale, son permis de conduire a été invalidé et ses comptes bancaires bloqués. Il finit finalement par réussir à obtenir un «certificat de vie», par la police, mais le problème, c’est que seule la justice peut annuler son acte de décès – ce qu’elle a fini par faire – seulement lundi dernier. Mais Louis Palacios doit encore attendre 14 jours pour être officiellement «vivant», puisque c’est le délai légal. Il est donc considéré, pour le moment, comme un mort vivant.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/07/2018 Florent RODO

"Ortega Basta"

Au menu de cette revue de presse du 19 juillet, les violences qui se poursuivent au Nicaragua, la polémique qui touche un collaborateur d'Emmanuel Macron, les récits d'agressions...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

"Donald Troll"

Au cœur des débats dans la presse ce mercredi 18 juillet, les futures relations post-Brexit avec l'UE qui continuent de diviser le camp conservateur britannique de plus en plus...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

À la une ce mercredi 18 juillet, la presse française s'interroge : "Comment entretenir la flamme" après la victoire au mondial de Russie, tandis que le gouvernement est au pied...

En savoir plus

17/07/2018 Sandrine GOMES

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

À la une de la presse, mardi 17 juillet, le retour triomphal des Bleus après leur victoire au Mondial, acclamés à l'unisson car ils ont fait l'histoire. La joie du football...

En savoir plus

17/07/2018 Sandrine GOMES

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

Les débats dans la presse s'intéressent ce mardi 17 juillet à la première rencontre bilatérale entre Donald Trump et Vladimir Poutine, lundi à Helsinki. Au vu de l'attitude du...

En savoir plus