Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Toshiba décide de vendre sa filiale de puces-mémoires à Bain Capital

© AFP/Archives | Toshiba va céder l'intégralité des parts de Toshiba Memory pour un montant pour le moment évalué à environ 2.000 milliards de yens (15 milliards d'euros)

TOKYO (AFP) - 

Le conglomérat japonais aux abois Toshiba a annoncé avoir décidé mercredi de vendre son activité de puces-mémoires au consortium mené par le fonds américain Bain Capital, malgré l'opposition de son actuel partenaire Western Digital.

Toshiba va céder l'intégralité des parts de Toshiba Memory pour un montant pour le moment évalué à environ 2.000 milliards de yens (15 milliards d'euros) mais qui est susceptible d'être ajusté ultérieurement, a précisé Toshiba dans un communiqué.

Le schéma choisi passe par la cession à une société spéciale, au départ entièrement détenue par Bain Capital, qui émettra ensuite des actions ordinaires et obligations convertibles à l'attention des partenaires du consortium.

Toshiba prévoit de réinvestir ultérieurement 350 milliards de yens dans l'entreprise repreneuse.

Cette décision en faveur de Bain Capital, qui avait déjà obtenu la semaine passée la préférence de Toshiba, se fait au détriment de Western Digital qui avait pourtant déposé une nouvelle proposition et risque du coup de se fâcher à nouveau.

La filiale SanDisk de ce groupe américain investit en effet depuis 17 ans dans cette activité de mémoires flash Nand au côté de Toshiba, et refuse de se voir imposer de travailler avec une firme uniquement choisie par Toshiba.

Pour mieux convaincre Toshiba de prendre enfin une décision ferme en sa faveur, le fonds américain Bain Capital a rallié à sa cause le géant de l'informatique Apple, lequel serait, selon certains médias, prêt à mettre sur la table de 3 à 7 milliards de dollars.

Le consortium de Bain Capital comprend aussi le fabricant de semi-conducteurs sud-coréen SK Hynix et les groupes américains Dell, Kingston et Seagate.

Toshiba à court d'argent a laissé pendant des mois traîner le dossier mais est pressé de toutes parts (notamment par ses banques) pour en finir. Le choix de Bain Capital est aussi pensé pour faciliter l'approbation des autorités de la concurrence, une procédure qui prend des mois.

Toshiba n'a que jusqu'à mars 2018 pour encaisser l'argent de la cession de Toshiba Memory afin de renflouer ses caisses vides, sans quoi, à moins qu'il obtienne des fonds ailleurs, son action sera automatiquement radiée de la Bourse de Tokyo.

© 2017 AFP